[TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Dim 22 Avr 2018 - 11:11

Fraichement rentré de 10 jours en Floride, je vais tenter de me lancer dans le délicat exercice d'un Trip Report. Cela faisait 10 ans, quasi jour pour jour, que je n'avais pas eu l'occasion de remettre les pieds en Floride.
Comme cela va être assez massif, vous m'excuserez d'avance d'étaler mon Report en plusieurs parties jour par jour. J'éditerai donc ce post au fur et à mesure, alors n'hésitez pas si vous avez des questions.


JOUR 1 : LE VOYAGE

Commençons par le commencement, le voyage aller, un Francfort-Orlando avec étape à Reykjavík par Icelandair.
Pour ceux que cela intéressera, Reykjavík dispose d'un bel et grand aéroport avec de nombreuses zones fumeur dans de petits enclos en extérieur (où l'on profite du chaleureux climat islandais qui culmine à 5°C en avril).
Les systèmes automatisés des passeports biométriques européens et l'ESTA (un formulaire d'entrée sur le territoire US que vous pouvez pré-remplir sur internet en amont de votre voyage) simplifient grandement la vie. Tout est automatisé et ultra-rapide : Vous scannez votre passeport, un système de reconnaissance faciale valide que c'est bien vous et hop vous passez la porte d'embarquement vers les US.

J'ai eu la "chance" d'avoir un billet SSSS, une petite note planquée dans un coin de mon billet qui indique une fouille complémentaire aléatoire qui peut vous faire passablement stresser avant de vous envoler vers les USA. Finalement c'est relativement simple : 5 douaniers américains vous isolent dans une pièce à part et vous avez droit à une fouille complète : palpation, fouille intégrale de votre bagage à main, inspection avec de petites languettes que vous et vos affaires n'avez jamais été en contact avec des substances illégales (drogues et/ou explosifs), le tout avec une petite série de questions en 5mn chrono et un contrôle informatique plus poussé de votre identité (Big Brother sait tout de vous).

L'entrée sur le territoire américain dispose également de nombreuses automatisations qui rendent l'étape Douane rapide et indolore. Là aussi, vous scannez votre passeport pour faire le lien avec votre dossier ESTA, on vous prend en photo automatiquement, on vous scanne vos empreintes digitales et direction un douanier qui n'aura plus qu'à tout contre-valider en 2min.

Après avoir récupéré les bagages, direction le niveau 1 du MCO (l'aéroport international d'Orlando) et la zone Disney's Magical Express pour enfin débuter les vacances. Là encore tout est parfaitement organisé au point que même un non-anglophone saurait s'en sortir : on vérifie votre réservation, on vous attribue une navette et 30 à 45mn plus tard (que vous ne verrez pas passer car on vous propose une vidéo de conseils pour profiter au mieux de votre séjour à WDW), vous êtes déposé directement à votre hôtel (le Disney's Caribbean Beach dans mon cas).

Le check-in est là encore très simple si vous avez tout préparé via MyDisneyExperience (un SiteWeb/AppMobile qui centralise vos informations, les membres de votre groupe, la personnalisation de vos MagicBands, vos réservations, vos FastPass+, etc). Ne reste qu'à prendre vos bracelets, les lier à une CB (pour profiter des fonctionnalités de paiement) et on vous accompagne jusqu'à votre chambre.

Il est à noter que le Caribbean Beach est actuellement en gros travaux de rénovation/modernisation. Mais les désagréments restent très limités.

Pour ceux qui ne connaissent pas, l'hôtel prend un peu la forme du Santa Fe avec des petits bâtiments regroupés en Villages (chacun disposant d'une petite piscine et d'un corner Food) autour d'un vaste lac, avec un Village Central réunissant la piscine principale, une boutique et 2 restaurants.

Niveau travaux donc, on compte que l'un des villages a récemment été rasé pour laisser place au futur hôtel Disney's Riviera (un complexe DisneyVacationClub), et de nombreux travaux ont lieu pour moderniser le Village Central (impliquant que les restaurants ont été temporairement délocalisés sous forme de FoodTrucks avec une tente abritant le Buffet pour les petits déjeuners) et que divers travaux ont lieu sur le côté Ouest pour l'arrivée du Skyliner (2 lignes de téléphériques qui relieront divers hôtels dont le Caribbean Beach aux Hollywood Studios et à Epcot). Mais malgré ces travaux colossaux en cours, rien ne viendra véritablement vous déranger (que ce soit au niveau visuel ou sonore), Disney veillant à en réduire autant que possible l'impact auprès de ses Guests.

Quand aux chambres, celles-ci ont récemment été rénovées. La literie y est très confortable, le mobilier suffisant pour convenablement ranger toutes vos affaires et la partie salle de bain propose un vaste plan avec 2 vasques. On notera également la gigantesque télévision si jamais il vous vient l'envie de vous reposer devant un écran, ainsi qu'une planche à repasser et un fer si vous avez envie de défroisser quelques vêtements.

Au niveau du Village, outre la petite piscine dédiée, vous pourrez facilement y retrouver à moins de 2min à pied de votre chambre : votre arrêt de bus du système Disney Transportation, une buanderie pour faire vos lessives et un corner Food proposant diverses boissons et snacks de 7h à 22h (et surtout du café gratuit à volonté, idéal pour vous booster en démarrant votre journée).

Mais comme il est déjà tard et que les voyages ça fatigue, direction le lit car le lendemain nous prendrons la direction d'Epcot !


JOUR 2 : EPCOT

Après un copieux petit déjeuner proposant diverses options salées et sucrées (dont les typiques Gaufres Mickey), direction le bus pour Epcot. On dit beaucoup de mal du système de transport de WDW. Mais en dehors d'un certain manque de ponctualité vis à vis du temps d'attente proposé par des écrans, le système reste globalement satisfaisant avec des bus toutes les 20min en direction de chacun des 4 Parcs à Thèmes ou de Disney Springs. Mon seul véritable regret est qu'il faut maintenant passer par Disney Springs ou Animal Kingdom pour atteindre les Parcs Aquatiques (respectivement Typhoon Lagoon et Blizzard Beach) et que le TTC (Tickets and Transportation Center, idéal pour prendre le Monorail) n'est plus desservi.

Pour ceux qui ne connaissent que DLP, sachez qu'on ne se déplace quasiment jamais à pied à WDW. Les distances sont toutes colossales (WDW fait la taille de Paris intramuros) et que la plus part des Resorts (hôtels en français de France) sont particulièrement isolés. Mais il ne vous faudra pas plus de 15 à 30mn de bus pour atteindre votre destination.

Nous voici donc arrivés aux pieds du monumental Spaceship Earth, après une rapide fouille des sacs (rudimentaire, ils travaillent à la main) et un passage par un portique (aléatoire, tout le monde n'y a pas droit), sous un ciel noir et orageux.

Heureusement, nous aurons le temps de marcher jusqu'à MouseGears, l'équivalent local d'Emporium avant qu'un énorme orage n'explose. Et encore, nous apprendrons plus tard qu'il s'agissait en fait d'un petit typhon. Cela nous aura laissé le temps de faire un peu les boutiques et d'acheter de précieux Poncho car la pluie et le vent étaient tels qu'il était impossible d'y voir à plus de 10m.

Mais même un typhon ne saurait nous décourager et c'est en traversant des flaques d'eau de 20cm de profondeur (on en avait jusqu'aux mollets) que nous nous sommes dirigé vers notre première attraction : Mission Space.
Très critiquée à son ouverture, cette attraction n'est pas pour les personnes sensibles tant les sensations y sont fortes. Nous avons donc commencé par la Mission Verte, proposant des effets doux avec un voyage autour de la Terre, avant de nous attaquer à la Mission Orange vers Mars, qui nous a littéralement collé à nos sièges.
Pour en avoir brièvement discuté avec un CM à la sortie, la future attraction du Faucon Millenium (que nous devrions avoir également prochainement à Paris) en sera une évolution directe avec des cabines plus spacieuses et un écran géant. De quoi sacrément donner envie.

Le typhon s'étant calmé, nous continuons donc notre voyage en nous dirigeant vers le Word Showcase et ses 11 Pavillons.
Après une petite escale au Mexique, nous arrivons en Norvège où nous attendent nos premiers FP+ pour Frozen Ever After.
Que dire de ce petit dark-ride... Il est juste magnifique !!! Les AA dernière génération sont de toute beauté, on se croit véritablement plongé au coeur du film, au point que l'un des membres de mon groupe pensait que ce n'étaient que des écrans. Mais finalement, celui que j'ai trouvé le plus bluffant était Olaf, qui a un moment suit notre bateau en marchant, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

Nous continuons ensuite notre périple autour du monde, heureusement sans pluie, passons la Chine et son expo sur Shanghai Disneyland, pour arriver à l'heure du déjeuner en Allemagne.
En bon strasbourgeois, la cuisine allemande n'a pas vraiment de secret pour nous, et c'est un véritable plaisir d'y retrouver les mêmes saveurs. On est très loin de la cuisine standardisée que l'on pouvait craindre de la souris. Là les plats sentent bon le fait maison et l'authenticité de la gastronomie germanique.
Les grandes tablées de 8 sont l'occasion d'échanger avec de parfaits inconnus. Le hasard ferra que nous aurons partagé notre déjeuner avec des berlinois, également en vacances, et que notre serveur venait d'une ville allemande proche de la frontière française. L'occasion donc d'avoir une expérience encore plus authentique puisque tout notre repas ce sera finalement passé dans la langue de Goethe.

Après l'Allemagne, nous continuons notre tour du monde avec le pavillon Américain et son spectacle AA American Adventure qui reste toujours aussi bluffant malgré son âge pour finir par faire une halte en France pour siroter un petit Expresso "bien de chez nous".

De retour à Futur World, nous en profitons pour faire Soarin' (la version Horizon est vraiment magnifique) et les autres attractions du secteur. Sauf Test Track, qui reste malheureusement fermé à cause des régulières averses.

L'heure du show Illuminations approchant, nous repartons pour un tour de World Showcase en direction du Japon où nous avons prévu de diner.
Je vous passe sur le spectacle nocturne, qui bien que grandiose commence à être un brin vieillot et vais m'attarder sur le Tepan Edo où nous avons fini notre journée. Bien que serviable à l'excès, le personnel japonais a un peu de mal avec l'anglais. Il nous aura fallut faire preuve de pas mal de patience pour réussir à nous faire comprendre. Mais l'effort en valait la peine car un Teppanyaki reste toujours une belle expérience avec un bon chef aux commandes.
A noter qu'ils proposent une formule sans poisson, pour ceux qui ont du mal avec les produits de la mer.

Mais il est déjà presque 23h, le parc a fermé ses portes. Direction donc notre bus et retour à l'hôtel pour une bonne nuit de repos car le lendemain nous allons nous attaquer au plus gros morceau du séjour : le Magic Kingdom !


JOUR 3 : MAGIC KINGDOM

Il était enfin temps d'aller visiter le parc le plus visité du monde. Pour l'atteindre, nous avons décidé de faire l'arrivée la plus dépaysante qui soit. C'est donc après un rapide trajet en bus jusqu'à Epcot sous un soleil radieux que nous avons embarqué sur un monorail en direction du Ticket and Transportation Center situé à 2 pas du Disney's Polynesian avant de prendre un bateau pour traverser le Seven Seas Lagoon.

Je ne vais pas tout vous détailler, ce parc vous le connaissez déjà un peu car remonter sa Main Street vous donne une étrange impression d'être dans un monde parallèle entre grosses similitudes et petites différences.

Le temps de profiter de l'un des très nombreux photographes PhotoPass pour THE photo souvenir obligatoire et nous voilà à contourner le chateau sur sa droite pour atteindre New Fantasyland et notre première destination : 7 Dwarfs Mine Train où nos FastPass+ vont nous faire déjà économiser plus de 90mn d'attente.

La file d'attente est jolie, la montagne étonnamment peu élevée pour un coaster. Tout est particulièrement soigné, au point de détonner un peu dans le paysage d'un parc qui approche de sa cinquantaine (nombre d'éléments sentent bon le vintage, même si l'entretient y est impeccable, c'est un sentiment assez similaire à ce qu'on peu trouver dans certains anciens quartiers d'Europa Park).
Pour en revenir au ride, je ne vais pas m'épancher. C'est amusant, mais extrêmement court. Le côté swing des véhicules ne se ressent finalement que très peu. La partie dark-ride dans la mine reste extrêmement belle de part ses AA de dernière génération même si là encore on a à peine le temps d'en profiter qu'elle est déjà passée.
Bref une expérience sympathique mais sans plus.

Une fois sorti, petit détour par le reste de New Fantasyland. La zone B&B est très jolie, mais ne propose malheureusement aucune véritable attraction sur le thème. On en profite donc pour prendre à boire à la Gaston's Tavern pour gouter la boisson signature Lefou's Brew, très sucrée (comme à peu près toutes les douceurs proposées aux US) mais néanmoins rafraichissante.
Quand à la zone Mermaid, la encore l'échelle surprend tant le château d'Eric use et abuse de la perspective forcée. Mais l'attraction devra attendre car l'heure de nos FP+ pour Splash Mountain approche.

Le temps de traverser Fantasyland est la très belle zone de WCs Raiponce, jeter un oeil à la boutique Memento Mori dédiée à Haunted Mansion, nous arrivons à Frontierland. Ou plutôt l'allée qui leur sert de Frontierland car ici le Land y est très petit contrairement à Paris.

Manque de chance, Splash est en panne à notre arrivée (et oui, ca arrive même aux US). Nous poussons donc jusqu'à Big Thunder Mountain pour profiter du Wildest Ride in the Wilderness dont on a une impression d'inachevé tant le sprint final de la version parisienne y manque cruellement et de la zone fumeur située à proximité (il n'y en a que 2 pour tout le Magic Kingdom).

Splash n'étant toujours pas rouvert, nous faisons donc un petit crochet par le Country Bear Jamboree, un show AA classique mais indémodable, surtout lorsqu'on est entouré d'américains chantant à pleine voix les différents numéros musicaux du spectacle et applaudissant à chaque trait d'humour des protagonistes.

A la sortie, nous entendons enfin des cris en provenance de Chickapin Hill. Direction donc l'entrée FP+, où même si nous arrivions après notre fenêtre, l'accès n'a pas posé de problème. Le capteur passe en bleu (au lieu de vert), un CM contrôle nos données par sa tablette et nous valide l'accès.
Que dire de Splash Mountain... Oui, le ride est beau, amusant, moins "mouillant" qu'on ne pourrait le craindre (juste quelques gouttes sur nos TShirts), mais diable qu'il a vieillit. En toute sincérité, je n'imagine définitivement pas Paris en avoir une copie conforme un jour, ça aurait un côté bien trop dépassé pour la clientèle de 2018.

Une fois sorti, direction le Diamond Horshoe (l'équivalent local du Lucky Nugget) pour déjeuner. Au menu : Barbecue Texan à volonté. On vous apporte une colossale assiette a partager et on vous ressert à volonté. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Barbecue Texan est très différent de notre Barbeuk national. Ici on parle de cuisson basse température où la viande cuit lentement des heures durant. Un véritable délice ! Et le dessert, un énorme Brownie (clairement pas sorti d'une machine industrielle) noyé sous les toppings (dont du Marshmallow fondu) était une tuerie.

Au moment de notre sortie, il est 15h, l'heure de la Parade ! Belle, énergique, mais finalement assez similaire en ampleur à notre Stars on Parade, la Festival of Fantasy est une jolie parade. La seule différence majeure par rapport à la Parade parisienne se trouvera dans des unités intermédiaires de plus petite taille qui donne un peu plus de dynamisme à l'ensemble et la présence d'une pléthore de personnages au sol pour le final.

Nous embrayons ensuite vers Adventureland avec Pirates of the Caribbean que la version parisienne supplante quasiment en tous points (sauf l'AA de La Rouquine qui ici a un véritable rôle plus voyant qu'à Paris), puis la traditionnelle Tiki Room avant de partir vers Tomorrowland avec un rapide détour par le Hall of Presidents pour aller voir le fameux AA de "l'autre Donald" et apercevoir une amusante petite animation sur le thème de l'histoire américaine par les Muppets.

Je ne m'étendrais pas sur Tomorrowland, la zone vient de débuter un complet réajustement en prévision de la future arrivée de Tron en 2021. Nous nous sommes contenté de filer vers notre objectif : Space Mountain. Un ride ultra vintage mais véritablement fun avec ses virages à plat et vraiment très long.

Le soleil commençant à se coucher, nous nous hâtons rapidement une dernière fois vers Fantasyland pour découvrir Little Mermaid Adventure. La file d'attente est une véritable merveille avec ses zones en extérieur au milieu de cascades et ses zones intérieures avec de nombreuses salles allant de grottes à une salle souterraine du château d'Eric.
Le ride en lui même est d'une longueur acceptable, mais pour un Dark Ride récent, il manque clairement de modernité. Si il n'y avait pas le sublime AA d'Ursula pour relever le niveau, on pourrait croire que l'attraction date du début des années 90.
Au final, l'ensemble de New Fantasyland est joli, mais manque de modernité et d'ambition, on n'y retrouve que des expériences sympathiques mais aucune véritablement mémorable qu'on rêverait de voir arriver un jour à Paris.

La nuit étant enfin arrivée, direction Central Plaza pour le clou de la soirée : Happily Ever After.
Avec l'expérience de Dreams/Illuminations, je craignais sincèrement qu'en n'arrivant qu'à 30mn du show, nous serions réduit à voir le show de loin dans de mauvaises conditions. Mais c'était très mal connaitre le talent des équipes GuestFlow locales !
Équipés de rubans adhésifs, l'ensemble du Hub est quadrillé en zones, laissant libre de nombreux couloirs de passage pour pouvoir circuler à travers l'ensemble de la place sans se marcher dessus.
Et pour veiller au respect de ces couloirs, de nombreux CMs veillent au grain équipés de micros et portant un haut parleur en bandoulière. Résultat, ils n'ont pas besoin de crier pour se faire entendre et comprendre. Une trouvaille que Disneyland Paris serait bien sage de reprendre à son compte car du coup on n'a pas l'impression d'être pris pour du bétail.
De part cette organisation irréprochable, il nous a été aisé de trouver une bonne petite place en bordure d'une allée de passage, laissant ainsi un espace de 2m entre nous et les Guests de la zone située devant nous. Bien assez pour nous dégager une belle vue sur le Cinderella Castle.

Que dire de Happily maintenant... Le show est magnifique, le château se prêtant admirablement bien au Mapping. Dommage qu'il n'y ait pas de fontaines pour appuyer l'action au sol, mais après tout les nez sont pointés vers le ciel pour profiter des vrais feux d'artifice.
Et la on en prend plein les yeux, le show se veut véritablement épique et propose un rapide tour d'horizon de plus de 50 longs métrages animés Disney (+ une toute petite section PotC). On est très loin de la grosse publicité qu'est notre Illuminations. Mais d'un autre côté, cet enchainement presque trop rapide fait qu'on n'a pas réellement le temps de se créer une connexion émotionnelle comme avec feu Dreams.
Si on me demandait aujourd'hui de choisir entre Illuminations et Happily, mon choix serait sans la moindre hésitation pour le second. Mais si on me proposait Happily où un retour de Dreams avec quelques mises à jour, là j'aurai plus de mal.

Le spectacle finit, nous nous retrouvons à déambuler sur Main Street. Le Parc est ouvert jusqu'à minuit (merci les EMH) et une représentation de Once Upon a Time est prévue 1h plus tard. Mais la fatigue de ces 2 grosses journées de Parcs aura raison de nous et c'est en voyant passer au loin l'Electrical Water Peagant (l'ancêtre de la MSEP sur Seven Seas Lagoon) que nous nous rendons à notre bus pour une bonne nuit de sommeil.


JOUR 4 : DISNEY'S HOLLYWOOD STUDIOS - TYPHOON LAGOON - DISNEY SPRINGS

Le soleil brille sur Orlando pour cette nouvelle journée et après le voyage et 2 grosses journées de parcs, il est temps pour nous de nous mettre un peu en roue libre. Nous nous dirigeons donc vers ce qui est actuellement le demi-parc de WDW afin de nous octroyer une après-midi de farniente.

Le Parc est en pleine transformation majeure, le parking n'est qu'un colossal chantier entre création d'une nouvelle entrée, réaménagement de la zone de bus et ajout du Skyliner (dont les poteaux sont déjà tous prêts à accueillir les câbles).

Les Hollywood Studios proposent actuellement bien peu d'attractions, au sens "noble" du terme. Nous remontons rapidement le très agréable Hollywood Boulevard avec son Chinese Theater en toile de fond pour profiter de Star Tours 3D, une expérience sensiblement identique à celle de Paris, mis à part que notre version (plus récente) à le mérite d'être plus détaillée et fine au niveau de la file d'attente et de l'organisation pour la distribution des lunettes.

En bon passionné, à peine sorti, nous allons directement vers la future entrée de SW Galaxy's Edge. Il reste encore beaucoup de travail à faire, les montagnes n'étant encore que de grossières structures d'acier, mais tout à l'air gigantesque. On ne réalise pas vraiment à partir de photos ou de vidéos à quel point cette future nouveauté va en imposer.

Une petite cigarette plus tard (et oui, les zones fumeurs sont très rares dans les Parcs Disney, donc il faut en profiter quand vous passez à proximité d'une), direction MuppetVision 3D. Un bon vieux film en 3D avec les Muppets qui a dépassé son statut d'expérience vieillotte pour devenir un pur moment de plaisir bien vintage avec ses AA, ses effets spéciaux et surtout son humour très décalé qui n'hésite pas à égratigner quelques dogmes disneyiens.

Nous traversons ensuite tranquillement le parc pour profiter du musée dédié à Walt Disney et jeter un oeil au loin à Toy Story Land qui ouvrira dans quelques semaines et abandonnerons toute envie de faire Mania, le ride ayant temporairement perdu sa file FP+ et son 3ème parcours en prévision de l'arrivée du nouveau Land, provocant un temps d'attente permanent entre 75 et 90mn.
Mais heureusement, au bout de Sunset Boulevard, LA merveille des merveilles nous attend, la véritable Tower of Terror. Je n'entrerais pas dans le détail pour ne pas spoiler ceux qui n'ont jamais eu la curiosité d'en regarder une vidéo POV, mais cette version, l'originale, est supérieure en tous points à la version parisienne et ne souffre d'aucune incohérence (on croit vraiment monter dans un ascenseur classique avant de plonger dans la Twilight Zone).

Après ces émotions verticales, un détour s'impose vers le Rock'n'Roller Coaster voisin. J'avais oublié à quel point la file d'attente différait de la version parisienne et était supérieure en tous points, donnant cette véritablement le sentiment de visiter un studio de musique avec son hall d'accueil, ses couloirs, son Wall of Fame, etc...
Ce sera d'ailleurs là que nous ferrons notre première rencontre avec le système Magic+. Des écrans affichent différents posters pour des concerts, sauf que la star c'est vous ! Grâce aux MagicBands, ils détectent votre présence et affichent donc votre prénom, votre pays d'origine et la date du jour, le tout en vous mettant en scène comme une star de Rock, de Country ou d'Electro.

Il est déjà 13h, il commence à faire bien chaud. Nous ressortons donc du parc, direction Typhoon Lagoon. Pour l'atteindre, nous devons prendre une correspondance par Disney Springs. Malheureusement la ligne Hollywood Studios - Disney Springs n'ouvre qu'à partir de 16h.
Nous optons donc pour la solution miracle du transport en Floride : Uber. Chacun en pensera ce qu'il voudra, mais Uber est un véritable facilitateur de transport : simple, rapide, efficace et relativement peu couteux. Il ne nous en coutera qu'une petite dizaine de US$ pour atteindre en 15mn notre destination (attente comprise, il y a toujours quelques véhicules libres à proximité).

Pour ceux qui ne connaissent pas l'expérience Parc Aquatique Disney, sachez que l'on est très loin de l'Aqualagon de Villages Nature. Ici tout est ultra-thématisé, les toboggans étant presque tous intégrés dans une vaste montagne. Casiers et serviettes sont à votre disposition, il vous suffit donc de venir avec votre maillot de bain et votre crème solaire.
Les plages de Typhoon Lagoon et sa gigantesque piscine à vagues (que dis-je, à tsunami, tant elles sont hautes et puissantes) sont une parfaite occasion pour se reposer en prenant un bon bain de soleil en alternance avec quelques sensations fortes.
Les MagicBands étant waterproof, ils prennent ici tout leur sens pour vous permettre de vous acheter une boisson ou une glace (comme l'énorme sunday à partager servit dans un saut de plage avec une pelle en guise de cuillère) sans avoir à repasser par votre casier.

Après une bonne petite sieste, il est déjà 17h, le parc ferme ses portes. Nous nous préparons donc pour reprendre un Uber en direction des Hollywood Studios (c'est tellement plus pratique que le bus), histoire de refaire un saut au Rock et à la TOT en attendant l'ouverture de nos FP+ pour le clou de la journée : Fantasmic!

Comment décrire Fantasmic... C'est la quintessence du show nocturne Disney : musique, jeux d'eau, écrans géants, personnages, acteurs, AA, ... Tout est réuni pour vous faire vivre un moment inoubliable.
Bien qu'un peu daté, le show mériterait un bon petit update à l'image de sa déclinaison californienne. Il n'en reste pas moins un monument immanquable. Je prie pour que les équipes parisiennes aient l'excellente idée de le reprendre pour le futur show nocturne du lac des WDS.
Vous pouvez compter sur les américains pour vous mettre dans le bon état d'esprit, le show étant dans une énorme arène, c'est à coup de olas et au son des derniers tubes chantés par des milliers de personnes que le public est chauffé à blanc en attendant l'arrivée de Mickey.

Après cette déferlante de magie, nous repartons vers la zone de bus, prenant quelques minutes pour apercevoir le show de projections SW sur le Chinese Theater (très similaire à celui sur la TOT pendant Season of the Force) et direction Disney Springs pour diner.

Disney Springs est tout ce que n'est pas le Disney Village : grand, beau, moderne, un vaste choix de boutiques et de restaurants donnant plus envie les uns que les autres, le tout baigné dans une ambiance énergique grâce à de nombreux groupes (Rock, Country, Classique, Cubain, ...) et animateurs (Acrobates, Jongleurs, Magiciens, ...).

Notre choix s'arrêtera sur un restaurant qui m'avait déjà tapé dans l'oeil sur internet : Edison. Une sorte de bar-restaurant-nightclub plongé dans une ambiance 100% Steampunk.
Bien que la cuisine arrête le service à 22h, le restaurant propose tout un assortiment de snacks. Nous prendrons donc des énormes Edison Burger pour nous sustenter et nous délecter.
Car c'est ce qui nous surprendra le plus, en habitués de Paris, la qualité des repas proposés. Même si celle-ci a un prix assez salé.

J'en profite pour une petite digression, Disney Springs n'est pas simplement le lieu de passage en soirée des touristes de la souris. C'est aussi est surtout un lieu de divertissement pour la population branchée d'Orlando qui a l'habitude de s'endimancher pour s'y promener. Nous faisions un peu tâche dans le paysage avec nos tenues de vacanciers, surtout en découvrant que le Edison accueillait ce soir là des hôtes de marque : Les 50 Miss concourant pour le prix de Miss America.
Mais cela ne faisait que renforcer l'ambiance extraordinaire du Edison entre ses gros engrenages, ses machines à vapeur, ses écrans passant des extraits de vieux films du début du XXème siècle et ses danseuses en tenue des années 30.
Si un quelconque décideur parisien lit ces lignes, pitié, clonez le Edison à Paris ! Je m'engage à y prendre un cocktail à chaque soirée que je passerai à Marne-la-Vallée.

Une fois notre diner terminé et quelques photos avec différentes Miss prises, nous laissons pour plus tard notre découverte plus approfondie des Springs pour rentrer nous coucher, car le lendemain nous attend un gros, très gros morceau : Universal Orlando.


JOUR 5 : UNIVERSAL ORLANDO

Si il est un endroit à ne pas manquer lors d'un voyage à Orlando, c'est bien le nemesis de Disney. Un rapide trajet de 20mn en Uber et 15$ plus loin, nous arrivons donc aux portes d'Universal Orlando.

Contrairement à WDW, ce Resort est très concentré et rappellera pour beaucoup l'organisation de Disneyland Paris avec ses 2 Parcs côte à côte, son centre de divertissement CityWalk, ses nombreux hôtels et son Parc Aquatique. Nous avons opté pour les couteux mais très rentables Billets 2J/2P avec option UniversalExpress : c'est comme des FastPass, mais payant, qui vous permet de faire 1 fois par jour chaque Attraction sans attente, donc idéal pour profiter de tout de façon optimale.

Comme il faut bien commencer quelque part, nous nous dirigeons vers la célèbre sphère qui marque l'entrée du Parc Universal Studios Orlando. En 10 ans, le Parc a quasi intégralement été revu, corrigé et modernisé. On va donc avoir beaucoup de choses à y découvrir.

Nous débutons donc notre périple en zappant le bon vieux Shrek 3D pour tester l'Attraction Despicable Me (Moi, Moche et Méchant). La file est relativement basique, mais bien décorée en nous replongeant avec moults détails amusants dans la maison de Gru et son laboratoire. L'histoire est assez simple mais efficace : nous avons été recruté pour être transformé en Minions afin d'aider Gru dans un projet top secret.
L'Attraction consiste en un film 3D assis sur des plate-formes de simulateurs. Basique sur le papier, l'expérience s'avère finalement extrêmement amusante et immersive. Une très bonne façon de commencer notre journée.

Après cette première aventure, nous passons devant le Rip Ride Rock-It, le gros coaster du parc. Mais il est un peu trop tôt dans la matinée pour certains membres de notre groupe pour nous y essayer. Donc nous continuons vers le bâtiment de CNBC et l'expérience Race Trough New York starring Jimmy Fallon.
Pour tous ceux peu familiers à la culture américaine, les LateShow (émission de fin de soirée, tournée à New-York et accueillant de nombreuses célébrités) sont l'un des piliers de leur univers télévisuel et Jimmy Fallon est l'actuel présentateur de l'un d'eux.
On traverse donc les bureaux de la CNBC entouré d'écrans rappelant la longue histoire du Tonight Show et avons même l'occasion de faire un HighFive à Hashtag le Panda (un des célèbres personnage de l'émission).
La encore, il s'agit d'une plate-forme de simulateur avec un écran géant en 3D, mais cette fois c'est une véritable course poursuite à travers les rues de New-York qui nous attend. Une expérience plus remuante et énergique que celle des minions.

C'est d'ailleurs un phénomène que l'on voit beaucoup chez Universal. De nombreuses attractions sont "en double" (niveau  technologie utilisée) avec juste des thèmes différents. A l'instar de DespicableMe/jimmyFallon, on pourra citer KingKong/Fast&Furious, Spiderman/Transformers, Mummy/Gringotts, etc... Mais finalement cela ne gâche en rien le plaisir procuré par chacune d'elle.

D'ailleurs en parlant de Mummy, ce sera notre prochaine étape. Un IndoorLaunchCoaster avec de grosses séquences DarkRide. Un bon vieux classique, mais toujours diablement efficace avec ses nombreuses surprises lors du parcours.
L'occasion aussi de faire face à une spécificité d'Universal : les casiers.
Vous trouverez une zone de casiers à l'entrée de chaque attraction à sensations fortes, étape obligatoire si vous avez un sac avec vous. Heureusement ceux-ci sont gratuits pour le temps de faire un ride (de 30mn à 1h30 selon l'Attraction située à proximité). Mais il vous faudra faire preuve d'un peu de mémoire pour ne pas oublier votre numéro de casier à votre retour. C'est finalement assez relou à l'usage et vous aurez souvent l'impression de passer d'un casier à un autre. Mais qu'importe, c'est un maigre effort à concéder pour pouvoir s'amuser.

Donc après la Momie, nous décidons de rebrousser un peu chemin pour faire le tour du lac et garder le Wizarding World pour la fin. Nous passerons donc par l'impressionnant Transformers : un EMV avec de nombreux écrans 3D qui va vous remuer. Imaginez Rat, mais pour les grands avec de vraies sensations et un thème bien plus adulte.

Il est temps pour nous de faire une petite pause déjeuner avant de nous attarder à un petit show expliquant de façon très fun (pour qui comprend bien l'anglais) les effets spéciaux utilisés pour les films d'horreur. Un étape un peu obligée quand on apprécie ce type de films.

Nous passons ensuite à la zone dédiée à la plus célèbre famille moyenne d'amérique : les Simpson. Bien que finalement très petite, la zone de Springfield est assez bien réalisée et fourmille de détails en rapports avec des épisodes cultes de la célèbre série. On ne manquera évidemment pas l'occasion d'aller siroter une Duff et des Flaming Moe (une boisson à l'orange qui fume grâce à une pastille de glace carbonique) au Bar de Moe.
Nous y ferrons également l'Attraction principale, un autre film sur écran géant (mais pas en 3D) dans des simulateurs. L'Attraction s'avèrera un peu décevante car vieillotte comparée aux 2 précédentes, mais les piques envoyés à Disney tout au long de la file et du film sont un délice pour un averti (tout y passe de SmallWorld à PotC en passant par le Hall of Presidents).

S'en suivra l'Attraction Men in Black, une sorte de Buzz LaserBlast sous stéroides qui fait aussi un peu son âge pour enfin arriver en milieu d'après-midi au clou de la journée.

Que dire du Wizarding World... La zone dédiée au Chemin de Traverse est sans doute l'expérience la plus hallucinante, extraordinaire, immersive, bluffante qu'on peut trouver à Orlando. L'adage dit qu'on ne peut mourir qu'après avoir vu Venise. Pour un Passionné de Parcs, on peut dire qu'on ne peut mourir qu'après avoir déambulé le long du Chemin de Traverse.
Outre les décors absolument magnifiques, c'est le fait d'avoir l'impression d'être véritablement dans les films et dans des décors finalement familiers qui saisit. Un effet que j'ai un peu peur de ne pas ressentir dans le futur SW:Galasy'sEdge vu que Disney a fait l'audacieux choix de nous emmener vers des lieux inédits.

Quand à l'Attraction Gringotts... Elle mérite tous les superlatifs possibles et imaginables. La file d'attente est un monument de gigantisme avec de nombreuses salles et couloirs qui vous mèneront du Grand Hall aux plus profondes salles de la banque. Universal n'a lésiné sur aucun détail et n'a pas regardé à la dépense pour faire dans le gigantisme. La salle de Load a elle seule m'a littéralement assis par terre.
Quand au ride, comme je l'ai dit plus tôt, il est un peu similaire à Mummy. C'est un coaster avec de grosses parties DarkRide. Mais la comparaison s'arrête là, car c'est un feu d'artifices de sensations, d'écrans géants et d'effets spéciaux. Oubliez les écrans géants dont on voit les bords de Ratatouille, ici aucun détail ne va dénoter et la différence entre écran et réalité est si fine qu'elle en devient quasi invisible même pour un oeil d'expert.
Si il ne devait en rester qu'une, autant Passionné de Disney que je sois, ce serait cette Attraction tant elle supplante tout ce que j'ai pu voir.

Nous quittons ensuite brièvement le Wizarding World pour aller faire un tour du Rip Ride Rock-It, un coaster très remuant avec un lift vertical et dont la particularité est de proposer un looping où nous n'avons pas la tête à l'envers et où vous pouvez choisir votre musique (via un petit écran tactile sur la barre de sécurité).

Retour donc au Wizarding World pour profiter de l'avantage d'avoir des billets 2 Parcs : monter dans le Poudlard Express.
Nous entrons donc dans la gare de King's Cross et nous dirigeons vers la célèbre voie 9 3/4 pour découvrir une superbe reproduction du célèbre train à vapeur.
Un voyage rapide et reposant qui va nous permettre de nous rendre à Poudlard tout en restant totalement immergé dans l'univers du célèbre sorcier.

Nous arrivons donc à Pré-au-Lard, au pied du château de Poudlard, situé au coeur du second Parc d'Universal Orlando : Island of Adventures.
Après avoir découvert le Chemin de Traverse, la zone s'avère un peu moins impressionnante. Elle n'en reste pas moins magnifiquement réalisée et impossible de la traverser sans prendre une petite Bièraubeurre (aux saveurs indescriptibles, mais particulièrement sucrée).
Le temps de siroter notre boisson, nous arrivons aux pieds de Poudlard pour aller à la découverte de Forbidden Journey. Une autre aventure d'exception utilisant des bras articulés sur des rails pour vous donner l'impression de voler. Un peu moins bien finalisée que Gringotts (certaines transitions d'une scène à l'autre laisse voir des petits bouts de backstages, on sent qu'elle est la première itération de cette nouvelle génération de rides ultra-immersifs par Universal), l'expérience n'en est pas moins mémorable et impressionnante, de la file d'attente qui vous fait visiter les nombreuses salles du château jusqu'à la boutique à la sortie.

Les Parcs fermant tôt ce jour là (pour cause d'événement privé), nous n'aurons que le temps d'enchainer avec JurassicPark River Adventure (un boat ride avec un bon gros splash) et King Kong (une aventure en Jeep au milieu d'écrans 3D géants) avant de devoir nous éclipser.

Nous en profitons donc pour nous attarder un peu dans le CityWalk. Si Disney Springs se veut gigantesque, branché et classieux, CityWalk se veut au contraire concentré et ultra-énergique. Une approche finalement différente mais complémentaire plus en cohérence avec le public jeunes/jeunes adultes visé par Universal.
Il n'en reste pas moins que tout y est particulièrement qualitatif. Le Chocolate Emporium avec sa déco Steampunk est extrêmement impressionnant et nous donne l'impression d'être au milieu d'une version dark de la Chocolaterie de Willy Wonka.
Mais pour notre diner, nous jetterons notre dévolu sur l'Antojitos. Un restaurant TexMex à l'ambiance très hype où chaque plat à de quoi vous rassasier pour 24h. La encore, on est loin d'avoir l'impression de manger de l'industriel fait à la chaine. L'expérience culinaire donne véritablement le sentiment d'être dans un vrai restaurant avec de vrais cuisiniers donnant leur maximum pour vous régaler.

Après ce copieux et délicieux repas, nous retournons tranquillement vers la zone PickUp/DropOff pour reprendre un Uber en direction de notre hôtel car il nous faudra nous lever tôt le lendemain, nous avons un FP+ pour Flight of Passage qui nous attend à 10h.


JOUR 6 : ANIMAL KINGDOM

Le soleil vient de se lever, ça va être une magnifique et chaude journée à Orlando. Nous partons en direction du 4ème Parc Disney, j'avais volontairement gardé le meilleur pour la fin.

Si le Magic Kingdom ou Epcot sentent le vintage, Animal Kingdom (qui vient de fêter ses 20 ans) propose une expérience globale bien plus en phase avec les attentes modernes. En 2008, c'était celui qui m'avait le plus impressionné et c'est toujours le cas aujourd'hui.

L'entrée dans le Parc est très atypique pour un Parc Disney, il n'y a pas de véritable Main Street, vos premiers pas vous font traverser une oasis luxuriante avec les premiers enclos des animaux. Et c'est au détour d'un rocher que vous vous retrouvez soudainement au pied du majestueux Tree of Life.
Malheureusement, fini les petites allées étroites et les dédales. L'arrivée de Pandora a imposé un gros élargissement des chemins tout autour de l'icône du parc, du coup on a un peu perdu cet esprit de se perdre au coeur de la nature au profit d'une très terre-à-terre question de gestion de flux des Invités.

Bien évidemment, nous nous dirigeons immédiatement vers Pandora et son attraction phare Flight of Passage. Nos FP+ étaient valable de 10h à 11h et il est déjà 10h45 (oui, on a un peu trainé en route).
Pandora est un Land impressionnant, plus vaste qu'on ne pourrait le croire sur papier et les Montagnes Flottantes sont immenses, surtout avec les falaise en perspective forcée juste derrière qui rendent admirablement bien.
Mais, car il fallait bien un mais, ca ne m'a pas non plus autant estomaqué que de découvrir le Chemin de Traverse, je l'avoue.
Bien qu’extrêmement léchée est sans aucune faute, finalement la décoration des lieux tient plus de l'intégration de jolies plantes artificielles au milieu de la jungle typique d'Animal Kingdom et les montagnes flottantes font un peu trop "arche" à mon gout à cause des énormes lianes cachant comme elles peuvent les poteaux nécessaires à pouvoir maintenir la structure.
En fait, assez bizarrement, ca manque de vie. En dehors de quelques cascades, rien ne bouge autour de vous, pour un peu on a l'impression de se balader au milieu d'une photo de Pandora plutôt qu'à la surface de cette planète fourmillante de vies. Quelques AA à l'effigie de différents animaux cachés dans différents bosquets ou quelques intelligents jeux de vidéo-projection auraient peut être corrigé ce petit manque. Car comme je l'ai dit plus haut, à l'inverse le Chemin de Traverse fourmille d'animations en tous genres : vitrines animées, sortilèges qui font se mouvoir des éléments de décors, etc...

Mais bref, pas non plus le temps d'y passer des heures, il nous faut trouver l'entrée de Flight of Passage, car à Pandora les Attractions n'ont pas de véritables enseignes (pour le respect du thème, il devrait en être de même pour SW:GE). Mais après s'être retrouvé dans différentes impasses ou confrontés à l'impressionnante file d'attente (180mn), nous finissons tout de même par arriver à l'entrée FP+.
Malheureusement, contrairement aux files Express des attractions Potter qui vous donnent un aperçu de chaque pièce de la file d'attente classique, ici on vous emmène directement à destination. Nous ne profiterons donc pratiquement pas des grottes luxuriantes, des peintures Na'Vi, de la visite du laboratoire avec son AA d'Avatar (qu'on ne voit pas, même de loin), etc... Le temps de remonter un interminable couloir en 5mn chrono, on se retrouve direct dans la file de disptach pour le pré-show. Un peu dommage car du coup on se retrouve moins plongé dans la storyline.
Une fois en petit groupe d'une vingtaine de personnes, nous enchainons donc différentes petites salles de pré-show pour nous mettre en situation : nous allons monter sur des chaises de connexion pour être relié à un Avatar lui-même jonché sur un Banshee pour un vol au-dessus de Pandora.
L'expérience est un peu déroutante, on n'est pas habitué à devoir enfourché une espèce de scooter dans un Parc à Thèmes. Mais elle reste plaisante avec un film 3D sur écran géant d'excellente facture avec juste ce qu'il faut d'effets spéciaux. Le fait d'avoir l'impression de sentir le Banshee respirer entre ses cuisses est le petit détail qui tue.
Mais finalement, on est vraiment dans un Soarin' 2.0 simplement un brin plus énergique et dans une position un peu moins confortable. C'est beau, très beau même, mais il manque peut être un peu ce côté "Rituel de Passage". En ayant l'esprit chagrin, on est peut être un brin trop proche d'un Soarin' over Pandora que d'une véritable aventure à la Star Tours. Je suis convaincu que ce serait une excellente addition pour Disneyland Paris afin de proposer une Attraction similaire à Soarin' mais suffisamment différente pour tirer son épingle par rapport aux "copies" d'Europa Park et du Futuroscope, mais sans pour autant totalement révolutionner le genre.

A la sortie, nous tombons évidemment sur une vaste boutique vendant des montagnes de produits dérivés en tous genres. Nous nous attarderons quelques minutes à observer les amusants mini banshee interactifs à porter sur l'épaule. J'avoue avoir longuement hésité à en prendre un, mais la taille de la boite finira par m'en dissuader n'ayant pas une place suffisante dans ma valise pour une telle pièce.

Vu le temps d'attente à Na'Vi River Journey : 120mn, je réserve des FP+ pour le lendemain comme nous avions prévu une journée blanche pour se reposer. En effet, Le système FP+ ne vous permet pas de cumuler des réservations pour certaines attractions majeures sur une même journée. Il faut donc choisir entre les 2 aventures de Pandora ou les étaler sur 2 journées différentes.
Nous en profitons également pour tester la boisson signature de la zone, un cocktail aux couleurs vert et mauve toujours trop sucrée pour des papilles européennes mais très désaltérante et dont le nom m'échappe déjà. Vous l'avez compris maintenant, en Floride chaque zone emblématique propose une boisson signature exclusive à côté de laquelle il est difficile de passer.

Vu que ce sera tout pour Pandora aujourd'hui, direction Africa, une zone à la thématisation parfaitement impeccable où un orchestre de musique semble y jouer constamment pour le plus grand plaisir des visiteurs qui ne loupent pas l'occasion de danser au rythme d'orchestrations exotiques de tubes célèbres (même si j'apprécie qu'à DLP on nous joue le plus souvent des musiques Disney histoire de rester dans le thème, un peu de Top50 ne fait vraiment pas de mal).
Là encore, il y a une longue attente de 90mn pour le Kilimanjaro Safari, nous décidons donc de profiter de Gorilla Falls, une promenade à pied à la rencontre de différents animaux (parmi lesquels on retrouve des hippos, des suricates, des oiseaux, et les très impressionnants Gorilles).

Comme il est 13h passé et que nos FP+ pour Everest ne sont qu'à 15h, nous décidons d'aller manger. Notre instinct nous poussait vers la TuskerHouse, le seul buffet du Parc. Mais avec la présence de personnages, les prix nous ont semblé un peu élevé. Nous nous rabattons donc sur un service à table : Tiffin.
Quand ce restaurant a ouvert, dans les environs de l'inauguration de Pandora, Disney n'a pas manqué d'en faire le restaurant de tous les superlatifs. Je suis donc curieux de voir ce que cela donne concrètement.
La salle est belle, quoique plus petite que je ne m'y attendais et le service aux petits oignons (quoique presque un peu trop présent, mais vu le peu de monde dans le resto, ceci doit expliquer cela).
Car oui, les prix des restos à WDW sont élevés (une fois qu'on a ajouté la taxe et le service), mais Tiffin explose les scores.
Et du coup, et bien je dois bien reconnaitre qu'on est un peu resté sur notre faim (LOL). C'était bon, suffisant pour remplir un estomac affamé, mais disons qu'avec un menu de base au prix du menu dégustation d'un étoilé français, on s'attendait à un peu mieux. La faute sans doute à nos habitudes alimentaires où nous faisons régulièrement des restaurants exotiques (brésilien, japonais, africain, libanais, ...), du coup la carte aux saveurs exotiques du Tiffin qui doit être exceptionnelle pour des américains, n'a pas eu pour nous ce côté novateur.
Mais ça n'en restait pas moins très bon. Du coup, je ne pense pas renouveler un jour l'expérience, même si je ne pourrai pas non plus la déconseiller.

Après donc cette étape culinaire, nous partons pour Asia et Expedition Everest. Un toujours superbe coaster, remuant juste ce qu'il faut et avec ce twist toujours très plaisant. Que j'aimerai voir cette attraction dupliquée dans le futur Land Frozen des WDS. Elle s'y prêterait tellement bien. Il suffirait vraiment juste de remplacer le Yéti par Marshmallow et ce serait parfait.

Après les neiges d'Everest, nous enchainons un peu les Attractions avec le rafraichissant Kali River Journey (des bouées un peu courtes mais sympathiques) et l'EMV Dinosaur (très remuant, mais avec un peu trop de moments dans le noir complet à mon gout).
D'ailleurs j'en profite pour une petite digression sur DinoLand. C'est la zone la plus vieillotte de tout Animal Kingdom et effectivement j'espère que les rumeurs du remplacement futur de la zone par une zone Indiana Jones / SouthAmerica se concrétiseront dans le futur car là ca en jetterait un max.
Nous profitons ensuite pour faire un tour du basique mais divertissant Primeval Whirl avant de retourner vers la zone Africa en faisant une halte à It's Tough to be a Bug (un film 3D sur 1001 Pattes) et au Maharadja's Jungle Trek, la seconde promenade pédestre permettant d'aller à la rencontre d'animaux (les clous de la visite étant les chauve-souris géantes et évidemment les impressionnants Tigres).

Le soleil commence a être déclinant, le moment idéal pour nous aventurer dans Kilimandjaro Safari qui n'affiche plus que 30mn d'attente. C'est une expérience véritablement unique et toujours différentes de se retrouver au milieu de cette immense savane artificielle aux nombreux animaux. Et nous aurons beaucoup de chance à ce niveau là, les animaux étant d'humeur à nous embêter en s'arrêtant juste devant notre véhicule, nous passerons beaucoup de temps à l'arrêt pour encore plus en profiter.

Après ce long safari, nous prenons le temps de déambuler autour du Tree of Life pour voir d'autres animaux et décidons de faire un rapide second tour d'Everest (qui n'avait plus que 20mn d'attente en cette fin de journée) avant de profiter de nos FP+ pour Rivers of Light.
Que dire de ce spectacle qui est assez décrié dans la communauté des Passionnés... Il est très, mais alors très différent, de tout ce que Disney a l'habitude de proposer en terme d'animations nocturnes. On aime ou on n'aime pas. Mais sincèrement, les vidéos ne lui rendent absolument pas justice car cette rêverie poétique sur le thème de l'eau, de la lumière et de la vie est vraiment belle (si on fait exception de l'étrange tour de flammes du final qui est vraiment un cran inférieur au reste).
Personnellement j'ai beaucoup aimé et je le classe à égalité avec un Happily Ever After dans mes animations nocturnes favorites de WDW (derrière Fantasmic et devant Reflections of Earth).

Comme il n'est que 21h, mais que nous commençons quand même a ressentir la fatigue de la journée, nous décidons ensuite de lever le camp pour retourner à Disney Springs histoire de s'accorder un petit diner.
Direction le Maria&Enzo's, un restaurant de gastronomie italienne que nous avions repéré lors de notre passage précédent.
La décoration y est magnifique avait ses faux airs de hall d'aéroport art-déco et détail qui nous a beaucoup plus, l'ensemble du personnel est d'origine italienne (ce sont pour la plus part des étudiants italiens en contrat de 6 mois qui en profitent pour parfaire leur anglais).
On a presque l'impression d'être dans un restaurant hype au milieu de Rome ou de Milan comme le personnel se parle entre eux en italien et n'hésitent pas à en rajoutant à coup de "buonasera" et de "buon appetito".
Niveau cuisine (car c'est quand même le plus important), la carte propose tout un panel des grands classiques de la gastronomie italienne, mais systématiquement avec une petite touch supplémentaire histoire de leur donner un caractère d'exception et d'excellents produits en provenance directe du pays en forme de botte.
Sincèrement, je n'avais pas mangé une aussi bonne cuisine italienne depuis mon dernier passage en Italie, ce n'est pas peu dire.

Après diner, nous profitons de la douceur de la soirée pour déambuler dans les allées du WestSide de Disney Springs. L'occasion de faire un peu de lèche-vitrine dans des boutiques spécialisées (en vrac on y trouve une boutique StarWars, une Marvel, une dédiée aux confiseries en tous genres, une galerie d'art, une dédiée au Soccer et bien d'autres choses encore).
C'est à ce jour la dernière zone encore en gros travaux de Springs, car prochainement viendront s'ajouter un nouveau show du Cirque du Soleil, un vaste complexe dédié à la NBA et un restaurant de gastronomie espagnole.

Direction ensuite la zone de bus pour retourner tranquillement à notre chambre et nous coucher, non sans avoir au préalable coupé les réveils car la journée du lendemain est principalement dédiée au repos et à un rapide passage à Animal Kingdom pour découvrir Na'Vi River Journey en milieu d'après-midi.


JOUR 7 : REPOS - ANIMAL KINGDOM - DISNEY SPRINGS

Les vacances sont aussi faites pour se reposer. C'est pourquoi nous avions décidé de nous accorder une petite journée grasse mat et repos. Ce qui tombait bien, la météo était à nouveau à l'orage.

Mais nous n'allions pas rien faire non plus ! Direction donc le Kona Café au Disney's Polynesian Resort pour un petit déjeuner tardif d'exception.
En effet, l'une des grande tradition de vacances à WDW est d'aller savourer un Tonga Toast, un colossal pain perdu fourré à la banane qui est une délicieuse exclusivité du Kona Café.

Après un rapide trajet via Uber, nous arrivons donc à l'hôtel. J'avais profité du trajet pour nous réserver une table via l'App MyDisneyExperience, notre table serait disponible 30mn plus tard.
Après avoir validé notre présence au desk du restaurant, nous recevons un Biper qui nous avertira lorsque notre table sera prête, cela nous laisse le temps pour faire un petit tour de reconnaissance des 2 boutiques de l'hôtel situées à proximité.

Comme toujours, les promesses sont tenues. Le service irréprochable et la cuisine toujours aussi savoureuse. Le café, servi à volonté, est un café hawaïen exclusif au gout particulièrement fruité torréfié le matin même. Quand à la partie solide, nous partageons un assortiment de spécialités : le fameux Tonga Toast, mais aussi des Pancakes à l'Ananas, un plateau de fruits (dans ces régions exotiques, ils ont un gout bien plus prononcé qu'en Europe Continentale) et des classiques oeufs brouillés avec du bacon.
Ne vous y trompez pas, ce n'est pas un simple petit déjeuner, les quantités en imposent tellement qu'il s'agit d'un repas à part entière qui nous aura calé pour la journée.

Après ce copieux petit déjeuner, un orage éclate. Nous décidons donc de prendre notre temps en faisant une petite virée en monorail. D'abord un tour du Seven Seas Lagoon jusqu'au TTC, puis jusqu'à Epcot.
Nous enchainons ensuite avec un bus pour descendre jusqu'à Animal Kingdom histoire de profiter des FP+ réservés la veille pour Na'Vi River Journey.

Par chance, le temps d'arriver à Animal Kingdom, l'orage est passé. Direction donc Pandora où comme la veille Flight of Passage culmine à 180mn d'attente et Na'Vi River Journey à 90mn.
Mais grâce à nos FP+, l'attente se réduit à une poignée de minute. Le temps en fait de remonter l'interminable zone d'attente jusqu'au quai.
Cette promenade en bateau est très belle, l'intégration des écrans est si bien faite qu'il est difficile de décerner la limite entre réel et virtuel. Mais au final, il ne se passe rien. Ce qui est un peu dommage. On se contente de passer devant les jolis paysages de la flore et la faune Pandorienne au son très reconnaissable de la BO du film Avatar.
Seul point d'orgue, l'impressionnant AA de la shaman Na'Vi qui est si parfait qu'on la croirait vivante. Et hop c'est déjà la sortie. C'est une Attraction finalement très courte qui laisse un petit gout d'inachevé.

Au final, Pandora m'aura laissé globalement ce sentiment. C'est beau, très beau même. Mais le Land en lui même manque un peu de vie (pas étonnant du coup que depuis Disney ai lancé une animation supplémentaire dans la zone) et les 2 Attractions manquent un peu d'action. Chacune ne se contente que de vous permettre de voir Pandora, mais ne racontent aucune aventure et du coup vous rangent plus dans un statut de spectateur que d'acteur.
Un peu dommage quand on compare avec un Wizarding World ou quand on connait les possibilités offertes par le dernières technologies interactives.

Au bout du compte, je ne sais même pas si j'aimerai voir cette zone un jour dupliquée à Paris. Elle aurait toute sa logique au coeur des nouveaux WDS, mais seul Flight of Passage représenterait un ajout appréciable (sans être un truc qui me ferait planter ma tente la veille de son inauguration devant l'entrée du parc).
Si donc Pandora doit un jour s'installer à Paris, j'espère que WDI aura donc la bonne idée de revoir sa copie et d'ajouter de l'interactivité à tout ca. En tant que tel, je remplacerait volontiers Na'Vi River Journey par une vaste zone indoor sous la forme d'un village Na'Vi installé dans une grotte (histoire de conserver la vue sur la végétation bioluminescente) avec pourquoi pas différents ateliers pour pouvoir enfin l'impression d'être dans l'histoire plutôt que devant elle.

Après cette brève expédition sur Pandora, nous voyons qu'un autre orage approche et décidons donc de continuer et finir notre journée à Disney Springs.
Cela nous donne l'occasion de pouvoir enfin véritablement visiter les lieux. Ce vaste espace, aux proportions d'un parc à thème, se décompose 4 en zones :
- Town Center qui est semblable à un Mall traditionnel avec ses nombreuses boutiques (cela va de Lacoste à Zara en passant par Levis ou Uniqlo),
- The Landing où l'on trouve différents bars branchés et restaurants (dont Edison et Maria&Enzo's),
- Westside qui se veut être la zone "dynamique" (un peu dans un esprit à la Universal),
- MarkePlace qui est dans l'esprit assez proche de notre bon vieux DV.

Je ne vais pas tout vous détailler, cela prendrait des heures. On retiendra juste que le World of Disney était malheureusement amputé d'une grosse moitié de sa surface car il a entamé depuis peu une complète réinvention. Mais il continue heureusement de proposer un très large choix de produits, bien assez pour nous permettre de faire tous nos achats de cadeaux souvenirs en une seule fois (souvenirs qei nous avons choisi de faire déposer en chambre le lendemain, c'est tellement plus pratique).

Pour finir notre soirée shopping, nous décidons de faire dans le presque classique en guise de diner et allons au T-Rex, une version du Rainforest Café avec des dinosaures où une pluie d'astéroïdes nous tombe dessus toutes les 15mn (ce qui rend le diner particulièrement bruyant, mais divertissant).
En terme d'offre de restauration, la promesse de quantités dinosauresques est bien tenue, mais comme toujours la qualité est au rendez-vous. Nos choix se seront portés sur des basiques dans le thème : des burgers Megasaurus pour les uns et Meteor Meatloaf (du pain de viande ressemblant à un astéroïde géant sur sa coulée de lave en purée de patates douces) pour les autres.

Après cet encore copieux repas, nous reprenons la direction de notre hôtel, car le réveil sonnera bien tôt le lendemain. En effet, nous devons être à Discovery Cove à 9h au plus tard pour une rencontre inoubliable avec des dauphins.


A SUIVRE PLUS BAS
http://ed92.forumactif.org/t2329-trip-report-mon-sejour-a-wdw-avril-2018#52002


Dernière édition par Jeff le Lun 30 Avr 2018 - 11:43, édité 6 fois

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Dim 22 Avr 2018 - 13:12

Enfin un TR sur ED92 ! Moi qui compte réserver avec la promo free dining plan et qui n'y suis jamais allé, ça sera le bon endroit pour en apprendre d'avantage Smile !

J'avais trouvé pas mal de critiques pour les vols d'Icelandair, le vol s'est bien passé ?

Hâte de voir la suite...
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Dim 22 Avr 2018 - 13:50

Niveau vol, presque rien à redire, une parfaite ponctualité au départ et même quelques minutes d’avance à l’arrivée avec une escale à Reykjavik agréable et un aéroport proposant tout ce qu’il faut en terme de boutiques DutyFree, offres de restauration et espaces pour les fumeurs (chose suffisamment rare après le contrôle pour être souligné).

Après niveau confort, en classe économique, c’est assez spartiate. Les Boeing ne donnent pas beaucoup de place et ne permettent qu’une faible inclinaison des sièges contrairement aux Airbus que j’ai l’habitude de prendre lors de mes autres vacances.
Mais de l’autre côté, nous avions un beau choix de films sur les écrans individuels (en VO ou doublage Islandais assez amusant à écouter) et le WiFi à bord pour 4€ (avec un bon débit permettant de regarder Netflix sur un iPad).

Le seul vrai désagrément c’est au niveau des bagages. Nous pensions faire une super affaire sur les billets, mais Icelandair propose 3 catégories de classe économique et impossible de savoir en amont pour laquelle vous achetez votre billet (du moins sur Opodo).
Résultat, nous étions en EcoLight qui ne prévoit aucun bagage en soute (d’où la super affaire sur les billets). Hop 80€/bagage/trajet à ajouter à l’embarquement, ce qui nous a amené au prix des vols Lufthansa bien plus confortables et qui incluent les collations (payantes sur Icelandair).

Au final, je ne pense pas retenter Icelandair, même si le fait de couper le trajet en 1/3 (Francfort-Reykjavik en 3h30) 2/3 (Reykjavik-Orlando en 7h) est plutôt agréable.
La prochaine fois, on s’y prendra un peu plus tôt pour profiter d’un direct Francfort-Orlando avec Lufthansa (qui était malheureusement déjà complet quand nous avions réservé en octobre, nos dates étant fixes pour des raisons externes).

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par JulienLD le Dim 22 Avr 2018 - 13:52

Merci pour ce témoignage!

Je pense pas aller un jour dans un autre resort disney, car je ne suis pas assez passionné pour y mettre le prix.
Donc c'est cool de pouvoir lire des expériences!
Mais en tout cas même ressenti pour l'Islande, j'y suis allé 10 jours l'année dernière et l'aéroport m'a semblé très propre, très fonctionnel et même assez high tech! Tu n'as pas ressenti cette douce odeur de souffre en descendant de l'avion ?^^ EDIT : nous c'était Wow air pour un prix correct.

Si c'est possible de donner tes impressions sur le New Fanta et Pandora Wink

___________________________

"Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur!" Walt Disney
avatar
JulienLD

Date d'inscription : 23/08/2016
Masculin Localisation : Seine et Marne
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Dim 22 Avr 2018 - 14:00

Ahhhh les fameuses "offres en or" qui se transforment vite en offre classique... Mouais donc mieux vaut taper dans une compagnie "un peu moins low cost" directement. Mais c'est vrai que j'avais pas penser à regarder aux vols direct depuis Francfort, j'ai regardé que depuis Paris et Bruxelles Smile.
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Dim 22 Avr 2018 - 14:10

Francfort est un excellent aéroport avec comme atout majeur d’etre accessible facilement et directement en TGV/ICE avec des tarifs généralement très attractifs pour les vols vers les US.

Concernant l’Islande, effectivement l’air a des odeurs étranges, mais je t’avoue que c’est surtout le froid qui nous a saisi, surtout que nous étions en tenues estivales.
Mais après même si tu n’es pas spécialement attiré par les parcs, la Floride reste une superbe destination à voir, par exemple en faisant quelques jours à Orlando et quelques jours à Miami/Keywest/Everglades.

Pour NewFanta ce sera la prochaine étape avec le MK, mais ça ne m’a pas spécialement impressionné (7Dwarfs est très court, Mermaid un peu trop convenu pour un ride moderne).
Pour Pandora, j’y reviendrai avec DAK, mais globalement ça m’a un peu laissé sur ma faim. J’avais peut être des attentes trop hautes et le découvrir le lendemain de la zone Potter d’Uni (qui elle mérite tous les superlatifs du dictionnaire) n’a pas aidé.

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Dim 22 Avr 2018 - 22:07

Cool tu as fais universal aussi Very Happy ! Hâte d'avoir tes retours là dessus aussi Smile. Moi je me suis décidé ; premier séjour booké pour septembre 2019, plus qu'à voir si je passe par Uni...
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Dim 22 Avr 2018 - 22:53

Impossible de passer à côté d’Uni. Même si ça a représenté un gros budget pour profiter de leur PassExpress, il m’etait impossible de manquer l’exceptionnel Wizarding World of Harry Potter qui mérite tous les superlatifs.

J’ai également profité de l’occasion pour découvrir Discovery Cove et Sea World. Mais j’y reviendrai le moment venu Wink

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par elo-myrtille le Lun 23 Avr 2018 - 11:36

salut Jeff merci beaucoup pour ton retour c'est vraiment top !
J'adore lire un trip report c'est super intéressant, plein d'astuces, et j'adore avoir l'impression de "vivre les vacances des autres" lol

J'ai pas entendu de bons échos non plus sur icelandair, donc c'est intéressant d'avoir un retour de qq'un qui l'a pris. par contre le coup des bagages, c'est moyen. c'est tjs le risque du low cost en effet.
en revanche, la petite fouille approfondie c'est nettement moins top. tu devais pas faire le fier haha. ça me ferait tellement flipper même en ayant rien à se reprocher.

quel dommage pour ce mini tiphon du 1er jour... j'espère que le temps s'est amélioré pour le reste du séjour !
j'ai vu des photos de votre hôtel, il a l'air superbe !

ça donne bien envie tout ça. j'espère un jour avoir la possibilité d'aller à WDW et Universal (en grande fan de Harry Potter!)
avatar
elo-myrtille

Date d'inscription : 06/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Lun 23 Avr 2018 - 13:10

Petite mise à jour du jour avec le Magic Kingdom Smile

Effectivement, je ne faisais pas mon fier au moment du contrôle. Surtout qu'ils font tout pour te perturber.
En pratique, mon passeport était du coup refusé à l'entrée en zone internationale de l'aéroport de Reykjavik, 2 douaniers sont arrivés dans la seconde pour m'encadrer et m'amener dans la salle d'inspection et tout est extrêmement rapide. On ne te laisse pas une demi-seconde de repos et il faut répondre aux questions tout en étant fouillé.
Mais bon, quand on a rien à se reprocher, c'est juste un bref épisode de stress comme quand on est dans la montée d'un gros coaster lol.

Niveau météo oui, en dehors du petit typhon à Epcot et d'une journée pluvieuse (mais chaude, donc pas désagréable), le reste de notre séjour s'est passé sous un grand soleil.

Si tu es fan d'HP, commence direct à économiser. Franchement, de toutes les expériences que j'ai pu vivre lors de ce séjour, la découverte du Chemin de Traverse tient de très loin devant la 1ère place tant la zone est extraordinaire.

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Jeu 26 Avr 2018 - 18:13

L'expérience Magic+ c'est tout c** mais ça doit faire son effet quand même !

Quand je lis ton TR j'ai étonnamment l'impression que les rides s'enchainent finalement très rapidement et que les temps d'attente ne sont pas aussi ouffissime qu'on pourrait l'imaginer Surprised !

Les serviettes sont bien gratuites dans les parcs aquatiques je suppose ? Mais c'est quoi cette glace géante Shocked

A la place de Uber, louer une voiture ne serait-il pas plus avantageux x) ?

Est-ce que les coupons du Dining plan sont aussi valables au Disney Springs ? Et surtout est-ce qu'il vaut vraiment lé détour Smile ?

Ton résumé sur Universal m'a définitivement convaincu, je vais être obligé d'y faire un "petit détour" Very Happy !

Tu m'excuseras pour toutes ces questions mais je viens de réserver WDW alors je suis un peu tout excité   . 12 nuits pour 11 jours dans les parcs et je compte probablement passer par Universal 3 ou 4 jours avant, en tant que grand fan d'HP je pense que je n'ai pas le choix. Je vais probablement prendre des tickets classiques sans pass express, et je prendrai l'express si je vois que je n'ai pas le temps de tout faire... En plus c'est en septembre, et leurs Horror Night ont l'air d'être géniales donc peut être que je vais craquer Very Happy !

Hâte de voir ton avis sur Pandora Surprised
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Jeu 26 Avr 2018 - 18:49

Alors je vais faire dans l’ordre hein ^^

Magic+ c’est effectivement tout con, mais c’est un détail fun qui effectivement ne passe pas inaperçu.

Avec un peu d’organisation au niveau des FP+ centrés sur les rides les plus courrus (en particulier les 2 de Pandora) et en y allant hors vacances scolaires US, tu attends rarement plus de 30mn)
Je n’en ai pas parlé mais c’est surtout remarquable au niveau des persos, si nombreux qu’il n’est pas rare de les croiser déambulant seuls (je pense par exemple à Belle qui s’ennuyait presque dans le Hall d’attente d’Impression de France à Epcot).

Les serviettes sont effectivement gratuites pour les résidents des hôtels (je ne sais pas pour les autres, mais on nous a systématiquement posé la question).
Pour la glace géante, c’est un truc un peu ouf de Typhoon Lagoon avec des tonnes de toppings dessus. Je t’avoue qu’on s’est contenté de "petites" glaces à l’italienne qui faisaient déjà le double de la taille d’une glace italienne normale en France.

Louer une voiture peut être sans doute plus avantageux, encore faut-il se sentir à l’aise niveau itinéraires (WDW fait la taille de paris intra-muros, il y a de quoi s’y perdre) et surtout du système routier américain qui diffère pas mal du nôtre (par exemple les feux sont de l’autre côté des carrefours).
Et puis je t’avoue que le fait de se faire conduire rajoute au côté vacances et permet d’interargir avec des locaux, c’est toujours sympa.

Oui le DiningPlan est accepté dans de nombreux restos de Disney Springs et le lieu vaut largement le détour en soirée entre un choix colossal de boutiques et restaurants, le tout dans une ambiance festive, il est tout ce que devrait être le DV et n’a jamais été.

Pour Universal, j’avais hésité vu le prix au début, finalement on n’a vraiment pas regretté. 2 jours ont été à peine suffisant sachant qu’on a fait l’impasse sur Volcano Bay.
La plus part des attractions n’ont également pas eu plus d’une 30aine de minutes d’attente en standard, sauf les rides Harry Potter qui culminaient entre 90 et 120mn.
Étant client fidèle des HorrorNights/Traumatica d’EuropaPark, les HHN d’Uni doivent être une sacré expérience.

Pour Pandora enfin, tu l’aura demain, mais je peux déjà dire que ça m’a un peu laissé sur ma faim, surtout après avoir vu la zone Potter d’UniversalStudio.

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par °o°Benoit°o° le Jeu 26 Avr 2018 - 22:27

À universal Hollywood, pour l'attraction d'Harry Potter on utilisait la file single rider pour passer de 60 min à 5 min !

Étant fan d'Harry Potter le land à Orlando en 2014 m'a transporté. Si le chemin de traverse est mieux, je n'ose imaginer la tuerie.

°o°Benoit°o°

Date d'inscription : 03/03/2018
Masculin Localisation : MARNE-LA-VALLEE
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par BloupMan le Ven 27 Avr 2018 - 12:46

Est-ce que le quickpass Universal est efficace? Et est-il valable pour toutes les attractions?

Lors de mon voyage en 2010, j'avais opté pour 2J/1P sans quickpass à Universal, mais on s'est limite tellement ennuyé au parc studio qu'on est parti un peu avant 16H. Question de fatigue aussi, car même en prenant toutes les précautions, deux semaines à ce rythme est difficile. Du coup pour le prochain voyage (j'espère 2024 le temps que les enfants grandissent :-( ), j'imagine que nous essayerons de faire les deux parcs Universal en 1 jour avec quickpass pour voir le meilleur, et ainsi nous dégager une journée libre sur la quinzaine (je compte deux journées courtes par parc Disney, et 2 jours pour les parcs aquatiques Disney, de quoi caser plus de repos bien nécessaire). Mais est-ce faisable pour Universal... Je me suis senti bien mieux à Disney qu'à Universal, question de sensibilité, même si ce second est incontournable.

BloupMan

Date d'inscription : 20/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Ven 27 Avr 2018 - 14:50

QuickPass c’est à SeaWorld Wink
Le UniversalExpress est très efficace, très rarement plus de 5mn d’attente aux attractions. Je n’en ai vu aucune qui ne soit pas équipée du système, c’est donc un investissement extrêmement intéressant (bien plus qu’a PortAventura qui en a toujours une copie mais sur une courte sélection d’Attractions).

Pour être honnête, lors de mon précédent passage en 2008, nous avions tout fait sur les 2 Parcs en 1 journée avec l’UE. Mais la c’etait juste impossible. Les parcs ont tellement changé et grandi depuis (et ce sera encore pire d’ici 2024), qu’en consacrant en gros 1 journée à chaque parc nous avons dû faire des choix de temps à autre et faire totalement l’impasse sur Volcano Bay.

Autant il y a 10 ans, j’aurai dit comme toi qu’Universal était sympa mais sans arriver à la cheville de Disney, autant la ils jouent quasi à armes égales en terme d’attractions. J’aurai même tendance a dire que j’ai préféré les Parcs Uni pour la modernité des expériences proposées. C’est simple, dans les Studios il n’y a pratiquement aucun ride ayant plus de 10 ans en dehors de quelques basiques comme Mummy ou ET, j’ai eu l’impression de découvrir un nouveau parc.

Bref, j’avais apprécié Uni à l’epoque et n’y suis retourné finalement que pour Potter,mais j’ai tellement apprécié leur progression que c’est devenu une étape obligée pour la prochaine fois.

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par BloupMan le Ven 27 Avr 2018 - 15:47

Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'Universal est de loin plus époustouflant (surtout aujourd'hui car 2010 n'était que le début), plus méritant, à côté de quoi certaines attractions lorgent plutôt sur du Six Flags dans le second parc. J'ai un côté papy, je suis sûrement plus sensibles aux licenses Disney, qui joue aussi plus sur la nostalgie et la beauté pure (Tree of Life...). A Universal, je ferais plus facilement l'impasse sur certaines attractions. Nous verrons en 2024, si d'ici là il n'y a pas un troisième parc Very Happy .

BloupMan

Date d'inscription : 20/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par 1000n le Ven 27 Avr 2018 - 21:24

Excellent ce trip report par épisodes !
L'accent mis sur le coté food est particulièrement intéressant et assez rare Wink J'ai hâte de lire ta critique d'AK!
avatar
1000n

Date d'inscription : 09/06/2014
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par marypoppinsinlove le Sam 28 Avr 2018 - 10:23

Merci Jeff pour ce compte-rendu très intéressant! J'y suis allée l'an dernier avec ma famille ayant fait aussi la Californie en 2015.

Je dirai que si le Magic Kingdom dégage une ambiance "magique", il souffre de rides souvent vieillots ou vintage. Je pense surtout aux attractions classiques inférieurs à Paris mais surtout à la Californie. Ces attractions mériteraient un dépoussièrage (en dehors de Haunted Mansion et Pirates of the Caribbean) L'ensemble du parc est agréable mais encore une fois trop figé dans le temps malgré de bonnes attractions. Le New Fantasyland nous l'avons beaucoup appréciés même si en effet il est dommage de ne pas avoir une attraction supplémentaire.
Epcot, soit on aime soit on n'aime pas bien souvent. La partie World Showcase reste tout de meme superbe et permet de découvrir de belles cultures et architectures avec un soupçon de cliché. Seul bémol, cette partie du parc propose peu d'attractions. Frozen Ever After a été un vrai coup de coeur pour notre famille. Le Future World possède de chouettes expériences mais c'est la zone qui est plutôt moche finalement. Certains bâtiments sont la aussi très vieillots et font penser au Futuroscope.
Les Studios sont vraiment agréables malgré les travaux. Le travail sur Hollywood Boulevard-Sunset Boulevard avec le Chinese et la Tot est une zone sublime avec une ambiance géniale. Et oui, Fantasmic! Ce show est le plus beau que j'ai pu voir même si je préfère bien plus la version Californienne.
Animal Kingdom a été pour nous le coup de cœur ultime. La thématisation est spectaculaire et soignée, la végétation est impeccable. L'immersion est garantie et les attractions sont de grande qualité. Amateurs d'animaux, foncez! Avatar reste le coup de cœur ultime du séjour.
Pour Universal, le contenu est spectaculaire bien que parfois répétitif. La technologie est au service des visiteurs et ca met une belle claque. Harry Potter reste une expérience unique et absolment impressionnante que seul Universal a pu faire exister jusqu'a aujourd'hui. Meme un Avatar ou un Cars land aussi quelitatifs soient-ils n'arrivent à la cheville des univers de HP.
Maintenant pour rester chez Disney, on ne sait pas si on retournera en Floride pour les parcs. Autant Universal vaut pleinement le détour, autant WDW malgré ses qualités indéniables et son cadre d’exception, nous a déçu par rapport à Disneyland Resort ou nous avions vécus des jours purement magiques avec un niveau global meilleur. Nous sommes branchés davantage à retourner en Californie ou se laisser tenter par les parcs chinois.

___________________________

avatar
marypoppinsinlove

Date d'inscription : 17/04/2016
Féminin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Lun 30 Avr 2018 - 11:42

Comme je suis arrivé au seuil maximum de caractères pour un message unique, voici la suite de mon TripReport, que je continuerai de mettre à jour au fur et à mesure.


JOUR 8 : DISCOVERY COVE

Discovery Cove est un parc à part à Orlando. Son concept totalement unique est de permettre à un maximum de 1300 personnes par jour de vivre une journée d'expériences inoubliables, en particulier nager avec un dauphin.
Alors oui, le billet d'entrée est particulièrement cher. Nous y avions réfléchi à 2 fois avant de réserver notre date. Mais au final nous n'allions définitivement pas le regretter.

Il est bon de savoir que votre billet d'entrée inclus d'office nourriture et boissons à volonté : petit-déjeuner, déjeuner et snacks, ainsi qu'un billet d'entrée pour SeaWorld valable durant les 2 semaines suivant votre visite. De quoi relativiser un peu l'investissement.

Nous arrivons donc pour 9h, afin de commencer par le petit-déjeuner. Le check-in est simple et rapide, on vous fournit une carte d'identification plastifiée avec un plan des lieux et votre programme (nous avons choisi l'option simple avec uniquement les dauphins, mais Discovery Cove propose d'autres expériences en supplément comme une rencontre avec des requins ou un expérience de plongée).

Après notre petit-déjeuner, nous nous dirigeons vers le camp de base que l'on nous a affecté (il y en a 3 différents) pour prendre possession de nos casiers et nous changer. Un simple maillot de bain suffit, le reste est gracieusement fournis, de la crème solaire bio spécialement adaptée pour le contact avec les animaux aux combinaisons de plongée (obligatoires pour rentrer dans un bassin et disponible dans plein de modèles différents de la simple veste à la combinaison intégrale).

Comme nous disposons d'un peu plus d'1h devant nous avant notre rencontre avec les dauphins, nous en profitons pour faire un rapide tour des lieux et profiter d'un premier bassin : une marina où vivent de nombreuses raies. C'est véritablement impressionnant de déambuler dans l'eau avec ces grosses bêtes qui se faufilent au plus près de vous.

L'heure de notre rendez-vous approchant, nous nous dirigeons vers la case servant de point de rendez-vous. Un peu de paperasse légale plus tard (on est au pays des procédures après tout), une soigneuse vient un peu nous présenter les stars de l'expérience et nous donner quelques informations pratiques à respecter.
Alors oui, forcément ce genre d'aventure prête à polémique en ce moment, mais les équipes de SeaWorld ont des réponses à tout pour nous décomplexer : Discovery Cove est une sorte de maison de retraite pour les dauphins des parcs du groupe et compte près de 50 dauphins dont 2 célébrités (les 2 dauphins du film Jaws3), ainsi leur espérance de vie avoisine les 50 ans (contre 25 pour les dauphins en liberté et ce à cause de la pollution et de leur difficulté à se nourrir passé les 20 ans).

En tout, l'expérience durera une petite heure, dont 30 bonnes minutes dans le bassin. Rassemblé en petits groupes de 10 personnes, nous nous dirigeons donc avec notre dresseuse attitrée et une équipe de photographes/caméraman (les téléphones et gopro sont interdits dans les bassins) disposant de matériels pro adaptés.
Alors que la dresseuse nous présente en détail l'anatomie des dauphins et nous explique leur cycle de vie, celui-ci n'hésite pas à venir à notre rencontre pour se faire caresser à plusieurs reprises.
Ensuite c'est à tour de rôle que nous pourront lui faire un petit bisou sur le bout du museau, le nourrir et évidemment nager quelques mètres tractés par ce dernier. Une expérience véritablement extraordinaire.

Après un dernier au revoir, nous retournons vers la terre ferme où nous seront présentés les photos et vidéo. Il est temps de passer à la caisse. L'exception a un prix un peu amer, il faudra compter de 99$ (4 photos imprimées) à 250$ selon le forfait souvenirs que vous souhaitez prendre. Finalement nous couperons la poire en deux avec 6 imprimés, un CD de toutes nos photos (25) et un DVD souvenir (un film des 30mn de notre aventure), pour un montant de 199$.

Comme il nous reste toute l'après-midi pour profiter du soleil, nous commençons par un tour au buffet pour déjeuner (différents plats aux saveurs exotiques sont proposés) avant de nous installer sur des transats pour une petite sieste digestive.

Après ce petit temps de repos, nous décidons de continuer notre exploration avec un peu de nage dans une longue rivière sauvage alternant eaux basses et profondes, courants calmes et plus intenses, traversée de cascades et passage dans une grande volière. Sympa et fun.

Nous partons ensuite en exploration de la volière, un vaste espace fourmillant d'oiseaux exotiques en tous genres. Des soigneurs sont partout à votre disposition pour vous en dire plus sur chacun et vous fournir un petit bol de graines et fruits pour les nourrir. Vous ne serrez donc pas étonné de vous retrouver avec un cousin du toucan sur l'épaule si vous vous promenez avec un de ces bols à la main.

Après un second passage dans la marina des raies où nous aurons poussés jusqu'à la zone des hauts fonds pour aller voir le bassin des requins, nous décidons de rassembler nos affaires et de quitter les lieux (il est déjà 17h, nous n'avons pas vu le temps passer et le parc ferme ses portes).
Pour occuper notre soirée, histoire de changer un peu, nous prenons un Uber vers l'un des Outlet Center d'Orlando. L'occasion de faire un peu de shopping "traditionnel" à prix bradé et de craquer pour un rapide diner chez Five Guys (étonnamment bien meilleur qu'à Paris et le burger n'arrive pas totalement déformé entre vos mains).

Une telle journée au soleil, ca fatigue. Il n'aura pas fallu longtemps pour que nous sombrions une fois arrivés dans nos moelleux lits.


JOUR 9 : UNIVERSAL ORLANDO

Après avoir exploré à fond les Universal Studios, il était temps de partir faire un tour à Islands of Adventure. Longtemps considéré comme le joyaux méconnu d'Orlando, ce Parc est entré dans la lumière avec l'arrivée du second plus célèbre château de Floride : Poudlard.
Mais contrairement à son voisin, ce Parc n'a finalement que très peu changé en 10 ans avec le seul ajout de King Kong et quelques mises à jour (principalement Hulk et Spider-Man).

C'est d'ailleurs avec Spider-Man que nous débutons notre journée. Une Attraction que l'on ne présente plus, puisqu'elle remporte quasiment chaque année le prix de meilleur DarkRide du monde dans de nombreuses compétitions depuis son inauguration.
Le passage à la 4K lui a fait un grand bien, les écrans 3D sont toujours parfaitement calibrés et les effets maitrisés dans les moindres détails. La limite entre réalité et virtuel n'a jamais été aussi mince que dans cette Attraction.
Toute fois, l'ajout du faux jumeau Transformers lui fait naturellement perdre un peu de son caractère exceptionnel.

Après l'Homme Araignée, nous enchainons avec l'Incroyable Hulk, un bon gros coaster B&M comme on les aime et qui vient d'être récemment entièrement reconstruit. Bien qu'intense, l'expérience s'avère être un pur moment de plaisir tant les trains glissent en douceur sur les rails. On est à des années-lumières de l'expérience désagréablement vibrante d'un Dragon Kahn (PortAventura).

Voilà qui conclura notre tour de Super Hero Island, nous partons maintenant sur un tour complet des différentes îles du Parc. La zone Seuss Landing qui est l'occasion de craquer pour une "petite" pâtisserie faite de sucre concentré, Lost Continent qui n'a pas grand chose à proposer (nous faisons l'impasse sur le vieillot Poseidon's Fury, mon instinct me dit que dans un avenir pas si lointain l'Attraction sera rasée au profit d'une aventure plus Hyrulienne), et arrivons à Pré-au-Lard.

Nous ne résistons pas à l'occasion de refaire Forbidden Journey dont la file déborde au-delà des grilles du château. Nous en sommes quitte à devoir faire un petit bout de file d'attente en commun avec les personnes n'ayant pas le PassExpress. Mais cela ne prendra finalement pas plus de 15mn pour arriver jusqu'au quai d'embarquement.
Suite à cet extraordinaire voyage, nous passons par Flight of the Hippogriff, un kiddie coaster bien gentillet, mais néanmoins sympathique (très similaire au Pegasus d'Europa Park, mais en plus court).

Comme le soleil commence enfin à vraiment chauffer, nous traversons rapidement la zone Jurassic Park pour arriver à Toon Lagoon. On y trouve 2 grandes Attractions aquatiques : des bûches et des bouées.
Dudley Do-Right's Ripsaw Falls sont des bûches à l'opposé complet de Splash Mountain. La décoration y est très sommaire, bien qu'on nous y raconte une histoire, et les chutes sont humides. En particulier la grande dernière qui ne laissera définitivement pas votre T-Shirt sec (la buche traverse littéralement une grosse cascade).
Quitte à être mouillé, nous continuons avec Popeye & Bluto's Bilge-Rat Barges. Comment dire... c'est long, remuant, très très fun et surtout impossible d'en ressortir avec un seul cm² de vos habits (ou de votre corps) sec. Heureusement, j'avais prévu le coup et nous étions tous venus dans des tenues pouvant sécher facilement et rapidement.

Nous terminerons cette série à haut niveau d'humidité avec un tour dans Jurassic Park River Adventure, un grand classique des Parcs Universal. Les AA de l'Attraction auraient bien besoin d'un upgrade technologique. Mais en dehors de ce point, ca reste une aventure plaisante (surtout le grand final).

Pour nous sécher, nous retournons rapidement faire un tour de Hulk dont l'attente ne dépasse pas les 15mn avant de finir ce tour d'Islands of Adventure par sa plus récente Attraction : Skull Island - Reign of Kong.
Comme je m'étais déjà spoilé grâce à YouTube, je m'attendais à quelque chose d'assez insipide. Finalement les impressionnants décors, les tunnels 3D parfaitement maitrisés et les FX synchronisés en font une aventure plutôt sympathique.

L'après-midi étant déjà bien avancée, nous décidons de retourner aux Studios pour refaire quelques derniers favoris. Non sans en profiter pour nous arrêter à la boutique principale du Parc (encore déserte à cette heure) pour faire le plein de produits dérivés Harry Potter (dans les zones Potter, les boutiques sont systématiquement blindées).
Impossible de résister à la folie Potter lorsque vous passez à Universal. 100% des groupes de gens que vous croisez ont au moins un T-Shirt, une Baguette ou une Cape au logo du célèbre sorcier.

Le temps de déjeuner sur le pouce au CityWalk, nous avons juste le temps pour faire choisir chacun une Attraction à refaire du côté Studio.
Le Rip Ride Rock-It, la Mummy, Transformers et Escape from Gringotts ont évidemment remportés les suffrages.
En passant, nous voyons que la prochaine nouvelle Attraction Fast&Furious est en test public. Mais malheureusement pas la file Express, et les 90mn d'attente affichés nous ont démotivés (après coup, il s'avère que Fast&Furiouq est en fait une copie de Kong mais simplement sur un autre thème, donc pas de regret).

Pour terminer notre journée, nous décidons de siroter un petit cocktail au MagaritaVille du CityWalk avant de rentrer à notre camp de base en retournant faire un petit tour à Disney Springs et tester le STK, un Steakhouse haut de gamme dont les prix nous ont un peu donné des sueurs froides.
Nous comprendrons en étudiant la carte en détail que les tarifs s'expliquent par la qualité des produits proposés. Nous finirons par jeter notre dévolu sur un burger de boeuf Wagyu au pain Bun à la truffe. Certes délicieux, mais à plus de 30$ le burger, c'était bien la moindre des choses.
Je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Cheeseburger du Walt's à 50€ qui m'a toujours fait halluciner (ça reste un burger quoi).

Après une dernière promenade dans la douceur des nuits floridiennes, nous rejoignons finalement notre hôtel. La fin de nos vacances commence à dangereusement approcher. Mais heureusement, il nous reste encore des choses à découvrir.


JOUR 10 : SEA WORLD - ORLANDO

Comme nous avions des entrées gratuites pour SeaWorld, nous n'allions pas manquer l'occasion de faire un tour au célèbre parc marin. Mais comme nous commencions un peu à saturer de faire des parcs (oui, ca finit toujours par arriver, même pour un Passionné chevronné), nous avons ciblé notre visite pour qu'elle tienne sur une grosse demi-journée.

Fort heureusement, SeaWorld est le parc le moins couru de la région et la plus part des attractions que nous souhaitions voir (donc les 4 coasters, nous avions d'office fait le choix de faire l'impasse sur les différents spectacles) n'avaient pas plus de 5 à 10mn d'attente. Un pur plaisir.

Pour commencer la journée en douceur, nous nous rendons vers Antartica. Une Attraction qui a fait couler pas mal d'encre sous nos latitudes lors de son ouverture de par son Ride System très similaire à Ratatouille. Mais la comparaison s'arrête là.
Ici, nous partons à la rencontre de Puck, un jeune pingouin et sa découverte de son univers : l'Antarctique. L'attraction est jolie, sans être particulièrement folichonne, avec différents passages devant des écrans.
Mais ce qui surprendra particulièrement, c'est la possibilité de vivre l'expérience de 2 façons possibles, une Douce (tout public, sans limitation de taille, avec des sensations similaires à Rat) et une Sauvage (taille minimum requise) qui est bien plus secouante avec de nombreux passages où notre véhicule patine sur la glace en tourbillonnant. Vraiment très amusant, surtout que là le système Trackless dévoile tout son potentiel en faisant constamment valser ensemble plusieurs véhicules.
Le temps de se plaire à imaginer un futur upgrade de Ratatouille avec un quai proposant une expérience plus intense, on arrive au bouquet final de l'Attraction : le vaste enclos des pingouins et manchots.
Pas de vitre pour vous séparer du froid arctique et des fortes odeurs de poissons. Vous en prenez plein les yeux et le nez, mais la présentation est particulièrement léchée avec la présence de soigneurs qui n'hésitent pas à vous présenter leurs petits protégés et à répondre à vos questions.

Comme nous avons particulièrement froid, nous ne nous attardons pas plus que nécessaire et décidons de rapidement retourner voir le chaud soleil floridien. Si Orlando est la capitale des Parcs à Thèmes et que Disney et Universal se disputent la couronne de l'immersion, SeaWorld a fait le choix de prendre le contre pied avec une thématisation sommaire mais correcte (qualitativement proche d'un PortAventura ou d'un EuropaPark) et en se reposant sur de bons gros coasters de haut vol (au nombre de 4).

Nous débutons notre matinée sensations fortes par le plus gentil : Journey to Atlantis. Un Watercoaster Mack majoritairement indoor (le tout premier du genre, il arrivera avant Poséidon à EuropaPark). La partie DarkRide a récemment été réduite à peau de chagrin, de simples décors quasi inanimés. Un peu dommage. Le reste du parcours est très similaire au Poséidon avec 2 grandes chutes et une petite (dans un étroit ravin, histoire que la vague provoquée par la descente vous retombe bien dessus).
Mais nos affaires sont restées bien au sec, car à l'instar d'Universal, elles doivent être déposées dans un casier pour pouvoir entrer dans les files d'attentes. Mais contrairement à Universal, les casiers sont payants dès la première minute. Bon qu'1$ pour 1h, mais le principe est un peu désagréable et je ne manquerai pas de le signaler à notre sortie du parc puisque nous avions été sélectionné pour un questionnaire de satisfaction (dont on sent que SeaWorld à conscience de son retard sur ses voisins et chercher à cibler des solutions efficaces).

Comme il nous reste encore du temps à notre casier, nous enchainons directement avec Kraken. Un bon B&M avec de nombreuses inversions, dans la veine de Hulk. Il avait récemment été upgradé avec un système de réalité virtuelle, mais depuis les équipes de SeaWorld ont supprimé cette option (pour raison de sécurité dixit un employé du parc à qui j'ai posé la question).
Un peu moins doux que Hulk (qui a été intégralement reconstruit récemment), il bénéficie d'un parcours bien pensé et plus aéré (Hulk est forcément très compact pour ne pas déborder de sa zone, ce qui n'est pas un avantage pour un volumineux B&M).

Nous profitons ensuite d'avoir du récupérer nos affaires pour nous accorder une petite pause grignotage (de hot-dogs) et réhydratation aux abords de la nurserie des Dauphins avant de reprendre la série.
Nous arrivons donc ensuite dans le secteur des Requins où se trouve le dernier né des rides du Parc : Mako.
Mako est un hypercoaster B&M, similaire dans le genre au SilverStar d'EuropaPark ou au Shambhala de PortAventura.
En terme de sensations pures, il se trouve d'ailleurs entre ces 2 frangins avec un ratio AirTime/RideTime extraordinairement bon. La vue sur la très plate Floride du sommet est impressionnante, mais un peu moins qu'à PortAventura où le coaster surplombe la Méditerranée.
Nous l'avons d'ailleurs tellement apprécié que nous enchainons direct sur un second tour.

Enfin, nous terminons notre petit tour de SeaWorld avec le bouquet final, celui que j'attendais le plus de faire : Manta. Un des trop rare FlyingCoaster B&M dans le monde.
Installé en "position de superman" sous les rails, ce coaster tient allègrement ses promesses en procurant des sensations véritablement inédites. Moi qui n'en avais encore jamais fait et rêvais de m'y essayer, c'est enfin chose faite.
Extrêmement déroutant dans les premières secondes, on se fait finalement très rapidement à la position et on se laisse enfin aller à la délicieuse sensation de voler.
Je n'ai pas pu résister, surtout au vu de l'attente de mn, et j'ai enchainé 3 tours dans cette petite merveille.
Il me tarde de voir ce que Phantasialand ferra d'un tel coaster (un FlyingLaunchedCoaster Vekoma y est actuellement en construction) et je pense que si Astérix daigne enfin s'y mettre (un Flying B&M sur Thor y est en rumeur depuis un certain temps), je pense que j'irai enfin remettre un pied chez le gaulois.

Et voilà qui conclue notre petit tour de SeaWorld. Après toutes ces sensations, nous prenons un Uber en direction de DownTown Orlando, histoire de faire un peu de tourisme traditionnel.
On sent que l'on est dans la capitale des Parcs à Thèmes. Même le centre ville à des airs d'artificiel. Mais il donne tout de même un aperçu de l'American Way of Life avec son Parc de centre ville, sa rue des bars et restaurants (qui fait un peu trop penser à certaines zones de Disney Springs par son architecture), ses petits commerces (très peu nombreux, on sent que tout est fait pour nous faire consommer en banlieue) et ses gratte-ciels.
Pas transcendantal, mais ce petit détour de quelques heures nous aura permis de voir autre chose d'un peu moins artificiel et lissé.

L'autoroute étant complètement bloquée par des miles de bouchons, nous décidons de rajouter une étape à notre périple avec un détour au Mall of Florida, le plus grand centre commercial du coin. L'occasion de passer par des petites routes et de nombreux quartiers périphériques (le hasard ferra que nous passerons devant le Pulse, une boite de nuit qui a défrayé la chronique il y a encore trop peu de temps à mon gout et rappelle instantanément de mauvais souvenirs).
Mais bref, nous voilà enfin arrivé au titanesque Mall of Florida et ses centaines de boutiques. Imaginez un Centre Commercial comme il en existe un peu partout, juste en beaucoup, beaucoup plus grand.
Inutile je pense de vous faire la liste des commerces qu'on y trouve. On retiendra simplement la présence d'un M&M's World, gigantesque boutique dédiée à la célèbre marque de friandises chocolatées.

Comme c'est devenu un petit rituel, nous rentrons ensuite en passant par la case Disney Springs, cette fois pour faire véritablement du shopping car nous avons des souvenirs à rapporter à de nombreuses personnes. Heureusement le World of Disney (dont la moitié est actuellement fermée pour de gros travaux de modernisation), nous donne l'occasion de tout trouver en une seule et unique fois. Pratique.
Pour diner, nous retournons au Maria&Enzo's qui nous a beaucoup plus et jetons cette fois notre dévolu sur une variation de lasagnes (désolé, je n'en ai pas retenu le nom, mais la particularité du plat était qu'au lieu de pâtes en feuilles, le plat était composé d'un très large assortiments de pâtes de formes différentes).

La fatigue de la journée commençant finalement par avoir raison de nous, nous rentrons finalement à notre hôtel. C'est à ce moment là qu'une méchante petite boule commence à poindre le bout de son nez au niveau de nos estomacs.
Et oui, il ne nous reste plus qu'une journée à passer dans ce petit coin de paradis, le moment du retour approche à grands pas...


JOUR 11 : BLIZZARD BEACH - EPCOT - BOARDWALK

Nous voici arrivé à notre dernier jour complet, déjà... Nous décidons de savourer une dernière fois du chaud soleil floridien et de recharger au maximum les batteries en prévision du long voyage qui nous attend le lendemain.
En partant, nous découvrons une note attachée sur notre porte indiquant l'heure de rendez-vous pour notre navette MagicalExpress qui nous ramènera à l'aéroport.

Direction donc le second Parc Aquatique de WDW que nous n'avions pas encore visité : Blizzard Beach.
De tous les lieux de ce gigantesque Resort, Blizzard Beach détient allègrement la palme de l'originalité avec son thème de station de ski des alpes suisses en plein milieu de la Floride. Ne soyez donc pas surpris d'entendre des versions yodle de musiques Disney ou des chants de Noël version caraïbes.

Avec ses vastes plages de sable fin (et évidemment blanc pour rappeler la neige) et sa piscine à vagues bien plus modeste et calme que celle de Typhoon Lagoon, Blizzard Beach n'est toute fois pas en reste et propose un bel assortiment de toboggans.
Les principaux s'atteignent même en prenant un téléphérique, à l'image des remontées mécaniques des stations de ski.
Mais pour nous, ce sera surtout l'occasion de faire une longue et agréable séance bronzette sur un transat (les vacances ca sert aussi à ca).

Évidemment, au bout d'un certain temps, les estomacs finissent par crier famine. Nous décidons donc de retourner à Epcot pour déjeuner au buffet du pavillon allemand que nous avions fortement apprécié. C'est aussi et surtout l'occasion de revoir le parc en mode soleil.
Bien plus agréable que de le traverser en affrontant un mini-typhon.

C'est aussi l'occasion d'approfondir un peu plus notre visite des différents pavillons.
Après notre tour du monde, nous enchainons avec Future World en nous dirigeant vers la seule Attraction manquée du Parc : Test Track. Mais manque de chance, l'Attraction est encore une fois fermée. Pas à cause de la météo cette fois, mais à cause d'un événement privé organisé par Chevrolet dans le cadre du RunDisney qui a eut lieu le matin même à Epcot. Pas de chance...
Nous faisons contre mauvaise fortune bon coeur en nous disant qu'on devra forcément revenir un jour pour la faire et nous dirigeons vers Mission Space pour boucler la boucle. C'était la première Attraction de notre séjour, elle en sera aussi la dernière.

Afin de finir en beauté, nous regardons une nouvelle fois Illuminations - Reflections of Earth avant de quitter le Parc par la sortie alternative située entre les pavillons anglais et français et embarquons dans un bateau en direction du BoardWalk.

Le BoardWalk, situé entre Epcot et les Hollywood Studios est une zone alternative à Disney Springs d'une bien plus modeste surface et dans une ambiance de station balnéaire du début du XXème siècle (pensez Newport Bay Club).
Avec ses magiciens, acrobates et clown pour faire l'animation de rue, on est véritablement plongé dans l'ambiance et nous finirons par choisir un restaurant gastronomique italien le Trattoria al Forno pour diner.

Une bouteille de Lambrusco et quelques pizzas plus tard, il est temps pour nous de nous rentrer. Pour nous simplifier le trajet et éviter un détour via Disney Springs en bus, nous reprenons un Uber.
L'occasion d'aller jeter un oeil aux magnifiques hôtels Swan&Dolphin, créations de Graves, architecte ayant aussi conçu l'Hotel New-York parisien.
J'avoue avoir toujours aimé le style de Graves qui joue sur des formes géométriques simples et stylisées pour créer l'ambiance. Mais contrairement à Paris où les équipes locales n'ont jamais vraiment su faire évoluer le style pour le conserver en phase avec les gouts modernes au point de jeter totalement l'éponge en le Marvel-isant, ici les 2 hôtels ont vraiment gardé leurs cachets d'origine tout en sachant s'adapter pour ne pas devenir ringards.

Nous finissons par arriver à nouveau à notre hôtel et décidons de laisser la préparation des bagages pour le lendemain, notre navette partant à 15h ca nous laisse tout notre temps.


JOUR 12 : VOYAGE RETOUR

Je ne vais pas avoir grand chose à ajouter... Le plus difficile aura été de réussir à faire rentrer toutes nos affaires et tous nos achats dans les valises.

Nous sommes finalement prêts vers 10h30 et appelons un bagagiste pour qu'il passe récupérer nos affaires comme la chambre doit être libérée à 11h.
Nous profitons du temps qui nous est laissé d'ici à notre navette pour prendre un dernier petit déjeuner et profiter d'un transat au bord de la piscine de l'hôtel.

A 14h, nous nous dirigeons vers la Welcome House pour le check-out. Une simple formalité en fait. Via nos MagicBands tout a été fait automatiquement pendant la nuit, nous demandons donc juste le détail de nos dépenses via les bracelets (finalement nous aurons moins dépensés que nous le pensions, ouf ! Car impossible de faire le suivi en temps réel).

C'est ensuite le moment de faire nos adieux à WDW et à la Floride. Le MagicalExpress nous amène rapidement à l'aéroport d'Orlando et de là nous accédons sans difficulté à notre porte d'embarquement. L'aéroport est parfaitement équipé pour faire face au très grand nombre de voyageurs et la procédure de contrôle n'excède pas les 20mn d'attente.

Puis vient le moment du long vol vers Reykjavík puis un plus court jusqu'à Francfort suivi d'un ICE (le TGV allemand) jusqu'à Strasbourg. Un trajet sans encombre qui nous laisse l'occasion de nous remémorer tous les bons moments que nous venons de passer et qui nous fait commencer à envisager une aventure sur la Côte Ouest (Las Vegas - Route 66 - DLR - Los Angeles - San Francisco) pour l'année prochaine. Mais nous avons encore le temps d'y réfléchir !


FIN


Dernière édition par Jeff le Ven 4 Mai 2018 - 10:07, édité 3 fois

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Mar 1 Mai 2018 - 10:48

Je savais pas qu'on ne passait pas du tout par la file d'attente avec les FP, c'est assez dommage, mais bon se risquer à 180 minutes d'attente pour voir une file, je crois que je ne suis pas prêt... Malgré tout ça donne bien envie de voir pandora, juste peur d'être déçu en faisant Universal avant.

Je n'avais pas encore entendu parler du Kona, mais ça donne bien envie de le tester !

Discovery cove nous tentait bien aussi, mais on n'est pas encore prêt à mettre ce prix, ça sera pour une prochaine fois Smile.
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Mar 1 Mai 2018 - 11:12

Pareil, je pensais vraiment que Pandora serait similaire aux rides Potter sur ce point et permettrait au moins d’apercevoir les étapes et éléments clés de la file d’attente pour nous plonger dans l’ambiance. Du coup j’étais un peu déçu en me retrouvant direct au grouper pour les Pré-shows sans avoir vu le fameux AA d’un Avatar en stase.
Mais comme tu dis, on ne consacre pas 3h juste pour faire une file d’attente, donc on fait sans.

DiscoveryCove est effectivement un très gros budget, surtout si on y ajoute les photos/vidéos souvenirs. Mais honnêtement ça les valait. Donc à ne pas négliger si le budget le permet effectivement.

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par elo-myrtille le Mer 2 Mai 2018 - 12:50

@Jeff a écrit:Petite mise à jour du jour avec le Magic Kingdom Smile

Effectivement, je ne faisais pas mon fier au moment du contrôle. Surtout qu'ils font tout pour te perturber.
En pratique, mon passeport était du coup refusé à l'entrée en zone internationale de l'aéroport de Reykjavik, 2 douaniers sont arrivés dans la seconde pour m'encadrer et m'amener dans la salle d'inspection et tout est extrêmement rapide. On ne te laisse pas une demi-seconde de repos et il faut répondre aux questions tout en étant fouillé.
Mais bon, quand on a rien à se reprocher, c'est juste un bref épisode de stress comme quand on est dans la montée d'un gros coaster lol.

Niveau météo oui, en dehors du petit typhon à Epcot et d'une journée pluvieuse (mais chaude, donc pas désagréable), le reste de notre séjour s'est passé sous un grand soleil.

Si tu es fan d'HP, commence direct à économiser. Franchement, de toutes les expériences que j'ai pu vivre lors de ce séjour, la découverte du Chemin de Traverse tient de très loin devant la 1ère place tant la zone est extraordinaire.

Haha j'aime bien ta comparaison de stress avec la montée d'un gros coaster !

tant mieux si le soleil était revenu ensuite, ça aurait été dommage qd même.

rho oui grande fan d'HP, ça doit être fantastique de découvrir le chemin de traverse. tu me donnes encore plus envie de découvrir tout ça alors. j'vais commencer la tirelire je crois. une grosse tirelire, parce qu'entre le prix du séjour et tous les objets souvenirs que j'y achèterais lol!

D'ailleurs, tu as su résister à la tentation, ou tu es revenu avec la valise pleine de Disney et HP ?
avatar
elo-myrtille

Date d'inscription : 06/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Jeff le Mer 2 Mai 2018 - 13:06

Habituellement, je suis assez résistant aux tentations de shopping et me contente d'une petite babiole en guise de souvenir genre un porte-clé, un CD de musiques du Parc, ... le genre de truc discret qu'on peut ranger dans un coin et qui vous rappelle de bons souvenirs quand vous retombez dessus.

Alors autant à WDW j'ai réussi à en rester à mes habitudes (un porte-clé DAK20th et 2 TShirts Vintage WDW et Epcot), autant à Universal, je l'avoue, j'ai fini par craquer.
Faut dire qu'en terme de Potter-ies, il y a de quoi faire : Baguettes (interactives ou non) et leurs socles exclusifs logotés WizardingWorld, Vêtements(TShirt, Sweat, Sacs, Cap, Cravattes, Echarpes, ...)et j'en passes à l'effigie de chaque classe de Poudlard en version Ecole ou Quidditch avec un petit "Universal Orlando" dans un coin pour bien rappeler le côté exclusif, on ne peut finir que par ouvrir le porte-monnaie.

Au final, entre mes souvenirs perso et des petits cadeaux que j'ai achetés pour divers proches (c'est quand même resté la plus grosse partie), la valise était pleine à craquer (on avait droit à 23kg dans l'avion, je suis parti à 16kg, rentré à pile 23 lol). Heureusement que j'avais prévu un gros sac en guise de bagage à main avec peu de choses dedans, il a finit intégralement rempli avec l'excédent de souvenirs qui ne rentrait plus dans la valise :p

___________________________

D87Paris | Vivez vos Rêves
Il était une fois, votre séjour au Royaume des Rêves
avatar
Jeff

Date d'inscription : 10/05/2014
Masculin Localisation : Strasbourg
Age : 37

http://www.D87.Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par elo-myrtille le Mer 2 Mai 2018 - 13:31

ton séjour à disney me fait bien entendu envie, mais alors Universal, wahoo tu me vends du rêve !!! tellement envie d'y aller. les lands HP ont l'air exceptionnels! c'est super en + d'avoir le retour de quelqu'un qui va assez souvent en parc d'attractions, tu connais bien tout ça, et le secret des attractions, donc vraiment, ton avis sur Gringott's donne la sensation que cette attraction est top et super immersive.

bref j'espère y aller un jour, parce que je sens que j'en pleurerais d'émotion de me trouver sur le chemin de traverse ou à Hogsmeade lol

merci encore pr ton trip report Smile

énorme le coup des souvenirs ! c'est sûr que des objets collector, il doit y en avoir à profusion ! et en + siglé Universal, ça donne encore + envie ! gros gros budget souvenirs à prévoir donc.
Heureusement que tu avais un peu prévu le coup pr la valise. j'avais déjà lu un TR il y a qq temps, où des gens avaient même dû racheter un bagage cabine sur place tant ils avaient acheté de souvenirs lol.
avatar
elo-myrtille

Date d'inscription : 06/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Solium le Mer 2 Mai 2018 - 17:12

Tu me fais franchement peur avec les souvenirs cyclops ! Je sens que je vais craquer et que la CB ne va pas suivre :'(.
avatar
Solium

Date d'inscription : 30/04/2015
Masculin Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [TRIP REPORT] Mon séjour à WDW - Avril 2018

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum