Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Aller en bas

Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Ven 13 Mar - 17:46

Bonjour/Bonsoir, parmi toutes les attractions de Disneyland Paris, ma préférée reste Phantom Manor, autant pour son ambiance que pour sa supposée histoire.

Ce scénario est ma vision des choses, en aucun cas je donne une vraie histoire sur l'attraction, cette histoire se concentre surtout sur Henry Ravenswood et son histoire, puisque ce scénario sera une trilogie sur Phantom Manor (d'où le titre), j'espère que vous aller apprécier, et bonne lecture !

Phantom Manor  


Première Partie : Henry Ravenswood

Une vieille rue de Londres, un homme en costume d’époque traîne un enfant par le bras.

Georges : j’aimerai bien savoir ce que tu faisais près de la mine !

L’enfant ne répond pas, et se contente de baisser la tête.


Georges : tu ne comprends pas, tu es une personne de haut-rang, tu ne dois pas rester avec le petit peuple !

L’enfant reste muet.

Georges t :u m’entends Henry ?!

L’enfant relève la tête.

Henry : oui père.

Georges : tu iras étudier en ville désormais, tu y logeras.  

Henry : vous venez avec moi, avec mère ?

Georges reste muet, et regarde son fils avec un regard froid.

Georges : tu iras seul, et tu resteras seul.

Un coup de tonnerre retentit, l’enfant écarquille les yeux devant son père qui garde un regard froid et distant.

Georges : pour être un Ravenswood, il faut avoir les connaissances requises, pour garder notre honneur.

Henry : oui père.

Le soir même.

Henry est allongé sur son lit, il regarde le plafond l’air pensif.


Lily : Henry ?

Henry se lève.

Henry : oui mère ?

Lily : je voulais avoir une conversation avec toi.

Henry : à quel sujet ?

Lily : ton voyage prochain.

Henry s’allonge à nouveau.

Lily : ton père veut le meilleur pour toi, même si il ne le montre pas.

Henry : c’est pour cette raison qu’il se débarrasse de moi.

Lily : ne dis pas ça ! Il veut le meilleur pour sa famille, il veut nous protéger.

Henry : protéger sa famille ?

Lily : oui, il serait prêt à tout pour nous.

Henry : vraiment.

Lily : nous nous reverrons pour certaines occasions, cet enseignement fera de toi un grand homme, et peut être que tu pourras te trouver une fiancée.

Henry : je n’étais pas déjà promis à quelqu’un ?

Lily rit nerveusement.

Lily : oui c’est vrai…  

Henry : je suppose que c’est bon pour moi.

Lily : Oui, tu seras un grand homme, tu seras riche, tu possèderas une grande maison… Tout ce qu’un grand homme peut posséder.

Henry : je l’espère mère.

Lily : il ne faut pas l’espérer, il faut travailler.

Henry : bien mère.

Georges crie en étant à l’étage en-dessous.


Georges : Henry !

Henry descend, ses bagages déjà préparés.

Henry se prépare à sortir, mais salue ses parents avant.


Lily : tu vas me manquer Henry.

Elle enlace son fils.

Henry fait face à son père.


Henry : Père.

Georges : Henry, fait honneur à ta famille.

Ils se serrent la main, Henry part.

Georges et Lily sont au pas de la porte, ils regardent Henry s’éloigner.


Lily : étions-nous vraiment obligés d’en arriver là ?

Georges : Henry doit grandir dans de bonnes conditions, et si il y arrive, il récupèrera la fortune des Ravenswood.

Lily : j’espère qu’il n’apprendra pas notre endettement.

Georges : jamais ma chère, jamais.

5 ans plus tard.

Henry est couché dans un lit modeste, ses affaires éparpillées un peu partout.


Soudain la porte s’ouvre, quelqu’un se glisse dans la chambre à pas de loup.

Henry gesticule dans son sommeil.


Henry : Manoir… Colline…

La personne s’approche de plus en plus, soudain Henry se réveille, saute de son lit, et attrape la personne.

Henry : qui ose entrer ici sans autorisation ?!

Martha : oh, c’est moi Henry !

Henry : oh, c’est vous.

Il la relâche.

Henry : que venez-vous faire dans ma chambre à cette heure-ci ?

Martha : n’ai-je point le droit de voir mon époux ?

Henry : si, si, si cela vous fait plaisir.

Martha : mais oui cela me fait plaisir !

Henry : dans tous les cas, nous ne sommes pas en âge de nous voir sans encadrement.

Martha : vos règles mon cher m’énervent au plus haut point.

Henry : je ne l’ai pas décidé tout seul.

Martha s’approche d’Henry.


Martha : et si je n’obéis pas ?

Henry : non, Martha, ma chère, ne vous approchez pas, c’est…indécent, c’est le mot.

Martha soupire et s’éloigne.

Martha : j’espère que vous ne resterez pas glacial après notre union.

Henry : je changerai sûrement.

Martha : assurément que vous changerez !

Elle s’apprête à sortir.

Martha : notre précepteur m’a informer que nous sortons cet après-midi.

Henry : bien, et où ?

Martha : rencontrer un homme haut-placé.

Henry : bien, je me prépare, et nous pourrons partir.

Martha : je préviens le précepteur.

Quelque heures plus tard, Martha et Henry marchent dans les rues de Londres, accompagné d’un homme très grand aux cheveux gris.
 

Martha : Henry ?

Henry : oui ma chère ?

Martha : je pensais, et si nous expérimentions les voyages ?

Henry : des voyages ? Et de quelle nature ?

Martha : hm, je ne sais pas, La France, l’Asie, ou même l’Amérique.

Henry s’arrête, et attrape Martha par l’épaule.

Henry : tu ne t’éloigneras pas de chez nous, compris ?

La lumière donne l’impression que les yeux d’Henry virent au rouge.

Martha : Henry, vous me faites peur.

Henry secoue la tête et se ressaisit, ses yeux reprennent leur couleur.

Henry : pardonnez-moi, j’ai eu un égarement.

Il tourne la tête, et voit sa mère en train de vendre des fruits sur une cariole.


Henry : mère ?

Lily se retourne, semble horrifiée, et coure, abandonnant son étal.


Henry : attendez !

Précepteur : attendez monsieur !

Henry poursuit sa mère dans une ruelle, et la perd de vue.

Henry : pourquoi s’est-elle enfuie ?

Du bruit sort d’une boutique, ce qui attire l’attention d’Henry.

L’enseigne est effacée, Henry entre dans cette boutique, il se retrouve dans une pièce sombre, une seule source de lumière, une femme semble regarde à travers une boule de cristal.


Henry : Madame ?

Leota : avance.
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par Darth Vader le Ven 13 Mar - 17:51

top

___________________________

La boucle est maintenant bouclée! Autrefois j'étais votre apprenti, maintenant je suis le maitre!


Darth Vader

Date d'inscription : 01/12/2014
Masculin Localisation : Etoile Noir

http://www.ed92.org https://www.instagram.com/ed92live/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Ven 13 Mar - 21:43

Merci Darth Vader Smile
voilà la suite :

Henry s’approche de l’étrange femme, et s’assoit en face d’elle.

Leota : Henry Ravenswood, fils de Georges.

Henry : comment … ?

Leota : je suis divinatrice, je peux deviner ton passé, présent, futur.

Henry : prédisez-moi mon futur.

Leota : en es-tu bien sûr ? Le futur peut être douloureux.

Henry : allez-y.

Leota : bien, je vois, je vois…

La boule de cristal commence à montrer des images.

Leota : ton avenir ne sera pas facile, mais sera couronné de succès, ta vie sera bien équilibrée.

Henry : bien, il n y a rien de malheureux là-dedans !

Leota : je n’ai pas fini, je vois, je vois…

La boule de cristal s’illumine en rouge, un cri retentit, accompagné d’un rire machiavélique, qui fait exploser la boule.

Henry : Qu’est-ce que cela signifie ?

Leota : je ne sais qu’une chose, faite attention à vos choix économiques.

Henry : économique ?

Leota : je ne peux rien vous dire de plus.

Henry : bien, je vous remercie, je vais y aller.

Il laisse quelques pièces, et sort en vitesse de la boutique, et se retrouve immédiatement dans la rue.

Le précepteur attrape Henry.

Précepteur : Monsieur, où étiez-vous ?!

Martha : nous nous sommes inquiétés !

Henry : je… je ne sais pas.

Il se retourne, la ruelle a disparue.

Une fois rentré chez lui, Henry s’assoit sur son lit, des voix résonnant dans sa tête.

Henry : qui étais cette bohémienne ?

Il se couche.

Pendant son sommeil, Henry cauchemarde.


Henry : non…

Leota : goblins, and ghoulies…  

Tu ne quitteras jamais le manoir, jamais !!

Leota : a vanishing groom….


Henry se réveille en sueur, et hoquète plusieurs fois.

Martha : tu dors très mal en ce moment.

Henry : Que faites-vous ici ma chère, le précepteur va vous disputer.

Martha : peut m’importe, je veux prendre soin de mon époux.

Henry soupire en souriant.


Martha : pourquoi ce soupir.

Henry : je ne pouvais pas trouver meilleure épouse.  

Martha : et moi meilleur époux.

Les deux se tiennent la main.

5 ans plus tard…

Même chambre, Henry se réveille, il est âgé de 25 ans maintenant.


Henry : quelle nuit encore…

Il s’apprête à se lever, mais est retenu par une main.

Henry : mais qu’est-ce que … ?

Il lève la couverture, Martha est endormie.


Henry : mais, que fait-elle ici… ?

Il la secoue un peu, elle ouvre les yeux.  

Henry : tu t’es encore faufilée dans mon lit ?

Martha : je ne pouvais pas dormir, alors je suis venue.

Henry : « soupir » je veux bien vous accorder cela, nous sommes mari et femme après tout.

Martha : il était temps.

Elle enlace Henry.

Martha : est-ce aujourd’hui que nous allons en voyage ?

Henry : oui, nous nous dirigeons vers l’Amérique.

Martha : je suis tellement impatiente.

Henry : moi aussi.

Plus tard, ils embarquent dans un bateau pour l’Amérique.

Ils habitent près d’une colonie indienne, le territoire de l’Oiseau Tonnerre.

Henry est endormi dans son fauteuil, il rêve.


Leota : a ravishing bride….

Il voit un cimetière et tombeau énorme qui bat, une tête squelettique fonce vers l’avant.


Henry : non !

J’ai tellement de choses à vous faire découvrir…..

Henry sort de chez lui, et se promène dans la ville.

Henry : ces cauchemars ne cessent pas !

Il frappe dans un caillou, qui butte contre une petite bâtisse.

Henry : tient, ce n’étais pas là auparavant.

Il approche la cabane, et entre.


Henry : eh oh ?

Leota : cela faisait longtemps Mr Ravenswood.

Henry sursaute.

Henry : vous, vous ! C’est votre faute si je fais ces cauchemars !

Leota : l’avenir se manifeste en vous, malheureusement je ne peux rien à cela.

Henry : donnez-moi quelque chose, quelque chose qui peut m’empêcher de faire ces cauchemars !

Leota soupire, et sort un petit sachet.

Leota : prenez ceci avant chaque sommeil, les cauchemars s’estomperont.

Henry paye la bohémienne, et s’apprête à partir.

Leota : mais je dois vous prévenir !

Henry se retourne.

Leota : ces cauchemars reviendront, cette poudre les fera partir pour une période indéterminée.

Henry : c’est cela, adieu.

Leota : je dirais plus au revoir.

Henry sort de la cabane en claquant la porte, Leota soupire.

Leota : il ne veut pas comprendre.

Leota passe sa main sur son cou en déglutissant.

Leota : il me reste peu de temps.
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Sam 14 Mar - 15:25

Et voilà la suite !

Henry rentre chez lui, et dilue un peu de son médicament dans de l’eau, il boit immédiatement, et tousse.

Henry : c’est épicé.

Il commence à somnoler, et s’endort.

Martha rentre et voit son mari endormi sur le fauteuil, complètement calme.


Martha : cela faisait longtemps qu’il n’avait pas dormi comme ça.

Le lendemain…

Henry se réveille toujours sur son fauteuil, quelqu’un frappe à la porte.


Henry : oui, j’arrive.

Il ouvre la porte, un homme habillé en noir le regarde avec un air froid rappelant celui de son père.

Croque-Mort : Mr Ravenswood ?

Henry : C’est moi.

Croque-Mort : nous avons retrouvé vos parents, l’incendie de leur maison à tout ravager, je suis désolé.

Le croque-mort lui tend le certificat de décès, Henry le prend en tremblant.

Croque-Mort : je vous contacterai ultérieurement pour l’inhumation.

Henry ferme la porte, et avance le regard vide vers son fauteuil.

Henry : mes parents…

Il frappe contre la table à côté en criant.

Henry : pourquoi ?!

Martha arrive en courant vers son mari pour le calmer.


Martha : Henry, calme-toi, calme-toi !

Elle le retient par les épaules.

Henry : mes parents sont morts, et je ne les ai jamais revus.

Martha : je sais Henry, je sais.

Plus tard…

Henry est assis dans son fauteuil, le regarde vide, la pluie tombe à l’extérieur.

Martha : veux-tu manger quelque chose ?

Henry : non, merci.

Quelqu’un frappe à la porte, Martha s’en va ouvrir.


Martha : bonjour Monsieur.

Henry essaye d’écouter, mais n’y arrive pas.

Martha : ce n’est pas le moment, mon mari n’est pas bien, non attendez, n’entrez pas !

Un homme ressemblant à un facteur entre à l’intérieur, et fait face à Henry.


Henry se lève.

Henry : Monsieur.

Huissier : Monsieur, je me suis déplacé de Londres pour vous parler des dettes accumulées pour vos parents.

Henry : des dettes ?!

Huissier : vos parents étaient très pauvres après leur mort, et le seul descendant des Ravenswood, c’est vous.

Henry se rassoit sur son fauteuil.


Henry : nous sommes ruinés… ?

Huissier : jusqu’à que vous ayez remboursé les dettes.

Henry : sortez…

Huissier : comment ?

Henry : Sortez ! Sortez !

Henry se lève et commence à pousser le huissier jusqu’à la porte d’entrée.


Henry : sortez, sortez !!!

Il arrive à mettre l’huissier dehors, et jette un portrait de ses parents par terre.

Henry : c’est tout ce que vous m’avez laissé hein ? Des dettes et de l’argent à payer !!

Il piétine la photo.

Henry : c’est votre faute ! C’est votre faute !

Il s’accroupit et tient sa tête entre ses mains, ses yeux semblent virer au rouge.

Martha : chéri, je…

Henry : non Martha, surtout ne parle pas, je sors.

Il se lève, et se promène dans la ville, sous la pluie.

Henry : mes parents….

Tu ne penses pas que ce huissier aurait besoin d’une bonne leçon ?


Henry regarde alentour.

Henry : qui est là ? Qui parle ?!

Henry, tu ne me vois pas, mais moi je te vois, et je sais que tu as besoin de moi.

Henry se tient la tête entre les mains, et semble être pris de migraine.


Un autre Henry portant un costume violet et un chapeau haut-de-forme lui fait face.

Henry²
: Je sais que tu as besoin de moi.

Henry : qui es-tu ?

Henry² : je suis toi Henry.

Henry : deviendrai-je fou ?

Henry² : oh non Henry, tu évolue, voilà tout.

Le double rigole d’une façon bien étrange…

Henry : quel est ce rire qui semble sortir des enfers ?!

Henry² : tu devrais t’y habituer.

Il disparait.

Henry : où êtes-vous ?

Ici et là, mais ne t’inquiète pas, je ne pars, je ne voudrais pas te perdre… Si tôt.

Le double rigole dans la tête d’Henry, puis la voix s’estompe.

Henry : quelle était cette sorcellerie… ?

Il marche vers la Mairie, le Maire porte un chapeau rouge et une barbe proéminente.

Mayor : Puis-je vous aider ?

Henry : oui, je, excusez-moi, j’ai besoin d’en emploi.

Mayor : ah mon bon monsieur, les métiers sont nombreux ici, qui diriez-vous d’être mineur ?

Henry : Mineur, où ça ?

Mayor : notre exploitation évolue sur la montagne.

Henry : mais, elle appartient aux indiens ?

Mayor : pour quelle raison écouterions-nous ces indiens ?

Henry : bien, je veux travailler à la mine.

Mayor : bien, je vous engage.

Ils se serrent la main, le ciel s’assombrit, un cri d’oiseau retentit près de la montagne…

Une semaine plus tard, Henry est habillé comme tous les mineurs, il donne des coups de pioche sur un mur, puis l’autre, puis l’autre à nouveau…


Henry² : tu sembles t’ennuyer mon ami.

Henry : ce n’est pas le moment, je travaille.

Henry² : je vois.

Il disparait.

Henry continue de donner des coups de pioches avec peu d’intérêt, quand la sonnerie de fin de travail retentit, Henry se rend dans l’autre partie de la ville, appelé Thunder Canyon tout simplement.


Henry : quelle journée….

Dans ce coin de la ville, il n y a qu’un bar et un apothicaire.

Henry s’assoit au bar, le Barman arrive en souriant.


Barman : ce sera quoi aujourd’hui Henry ?

Henry : comme d’habitude, un…

Barman : Whisky bien relevé, ça marche.

Henry boit son verre lentement, paye, puis sort, il passe devant la gare de la ville.

Ezra : Salut Henry.

Henry le salue de la main, le contrôleur se rallonge sur son bureau.

Henry arrive chez lui, et tombe de fatigue sur son fauteuil.

Martha : tu n’as jamais travaillé aussi dur.

Henry : cela fait une semaine, nous avançons et les indiens reculent au fur et à mesure.

Martha embrasse Henry sur le front.

Martha : repose-toi.

Henry prend son sachet, et boit son médicament, il s’endort immédiatement.


Plus tard dans la soirée…

Henry se réveille, et décide de faire une promenade à l’extérieur.


Henry : la ville est toujours calme…

Soudain, pendant qu’il marche, il se cogne contre une personne.

Henry : pardonnez-moi !

C’est un homme très grand, plus grand qu’Henry, il a des yeux jaunes anormaux, et le visage allongé comme un aigle.

??? : Sais-tu qui je suis mortel ?

Henry : non, je n’en ai aucune idée.

??? : Je descends rarement de la mine pour prendre forme humaine, mais la situation m’y oblige.

Henry : qui êtes-vous ?

Oiseau Tonnerre : je suis le maître de ses lieux !

Henry recule, l’homme semble émettre un son d’aigle quand il crie.

Henry : mais pourquoi me parlez-vous à moi ?

Oiseau Tonnerre : car tu es celui qui causera la perte de cette ville, alors écoute-moi, arrête de miner, et tu seras sauvé, ainsi que la ville.

L’homme disparait dans un coup de tonnerre, sonnant Henry pendant quelques minutes.
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par Vincent_08 le Dim 15 Mar - 14:59

j'aime lire cette histoire Smile
j'attend la suite avec impatience Wink
avatar
Vincent_08

Date d'inscription : 21/01/2015
Masculin Localisation : Belgique
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Jeu 19 Mar - 16:44

Henry : qui était cet esprit ?

Il rentre chez lui en vacillant un peu.

Le lendemain…

Henry se réveille, il se prépare à partir au travail.

Arrête de miner…

Henry tremblote un peu.  


Henry² : qu’est-ce que tu vas faire ?

Henry : je ne t’ai pas demandé ton avis.  

Il sort.

A la mine, Henry mine à nouveau sans grand intérêt.


Henry² : alors mon ami, tes dettes se règlent-elles ?

Henry : tais-toi.

Henry² : ah oui, et ta maison que l’on va saisir bientôt ?

Henry : tais-toi !!

Il donne un grand coup de pioche, ce qui le fait chuter à travers un tunnel.


Henry perd connaissance.

J’ai bien peur que soyez contraint de me suivre….

Un coup de tonnerre et un cri de femme réveille Henry subitement.


Henry : oh, ma tête…

Il se lève, et essaye d’allumer une lampe à huile tombée avec lui.


Henry : où suis-je tombé ?

La lampe illumine la pièce, le mur est serti de pierres dorées.


Henry : de… De l’or ?!

Il prend sa pioche et prend une pépite de la taille de sa main.

Henry : je… je suis sauvé.

Mineur : Henry ! Ça va ?

Henry : oui ! Descendez vite !

Plus tard…

Henry arrive dans le bureau du Maire.


Mayor : Oui Henry ?

Henry pose la pépite sur la table.

Henry : votre exploitation à porter ses fruits.

Le Maire rigole.

Mayor : nous allons faire de grandes choses ensemble.

Henry rentre chez lui.

Henry : Martha, Martha !

Martha arrive en courant.

Martha : Quoi Henry ?  

Henry : c’est magnifique Martha, c’est parfait !

Martha : mais de quoi veux-tu parler ?

Henry : de l’or Martha, j’ai trouvé de l’or, de l’or !  

Martha : vraiment ?!

Henry et Martha se sautent dans les bras.  

Henry regarde par la fenêtre, son double lui sourit en rigolant.

La nuit venue…


Henry regarde le feu se consumer dans sa cheminée, il soupire.

Henry : pourquoi ai-je l’impression d’avoir provoqué quelque chose de plus puissant que moi ?

Oiseau Tonnerre : parce que c’est ce que tu as fait.

L’homme se rapproche d’Henry avec son regard jaune électrique.


Oiseau Tonnerre : tu ne m’as pas écouté.

Henry : j’en ai besoin pour ma famille.

OT : Je t’ai prévenu, mais tu n’as pas pris compte de mon avertissement.
Henry recule, et attrape sa pioche.

Henry : sortez de chez moi.

OT : je suis un dieu, tu es sur mon territoire !

Un cri d’aigle retentit, l’homme fonce vers Henry, son double plante sa pioche dans le cœur de l'entité.

OT : vous….vous… me paierez ça….

Il tombe à terre.

Henry² : alors, ça règle le problème.

Henry : qu’as-tu fais ?

Henry² : je ne suis qu’un esprit Henry, regarde plutôt ta main.

Henry regarde ses mains, elles sont tâchées de sang.

Henry : comment… mais ce n’était pas moi…

Henry² : débarrasse-toi du corps si tu veux mon avis.

Henry tire le corps à l’extérieur, et le jette dans le lac.


Henry : je… n’ai rien fait….

Il nettoie ses mains dans le lac, les yeux toujours écarquillés.


Henry : je suis innocent….

Il rentre chez lui, et s’assoit sur son fauteuil.

Henry : c’est lui… pas moi…

Le double rigole, et en disparaissant révèle que Henry porte le chapeau haut-de forme et le costume violet.


Henry : qu’ai-je fais ?
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Ven 20 Mar - 18:13

Et voilà la suite de l'histoire d'Henry Ravenswood !

Plusieurs mois plus tard….

Le soleil se lève sur Thunder Mesa, les magasins sont apparus, un saloon aussi, Thunder Canyon est de plus en plus florissant, et sur la colline, un bâtiment commence à s’élever.

Henry brosse sa moustache apparue depuis peu devant la glace, il semble fatigué.

Martha : Henry, tu n’as encore pas dormi ?

Henry : j’ai travaillé sur les plans de notre manoir toute la nuit, donc « baille » je suis très fatigué.

Martha l’embrasse.

Martha : tu devrais aller te reposer, les travaux peuvent bien attendre.

Henry : mais nous devons donner une maison à notre enfant.

Il passe sa main sur le ventre de Martha.


Martha : mais notre enfant ne voudrait pas d’un père fatigué.

Henry rigole un peu.

Henry : les travaux doivent se terminer avant la naissance de notre enfant.

Il embrasse Martha sur le front, et sort dans la ville.
Tout le monde le salue sur la route, il se rend à Big Thunder Mountain.


Henry : alors, comment l’exploitation se porte-t-elle ?  

Mineur : bien monsieur Ravenswood !

Henry : nous allons pouvoir extraire un maximum d’or ?

Mineur : eh bien monsieur, l’or disparait au fur et à mesure, mais je pense que dynamiter serait…

Henry : allez-y.

Mineur : comment ?

Henry : Dynamitez !

Mineur : oui monsieur !

Henry ressort de la mine, on entend un énorme « Fire in the hole ! » suivi d’une explosion.

Henry : parfait.  

Il se dirige vers le manoir, et croise sur le chemin le croque-mort.


Henry : bonjour Mr Nutterville.

Le croque-mort s’avance, prend son mètre en bois et mesure Henry.

Henry : que faites-vous ?

Nutterville : je prends de l’avance.

Il repart en marmonnant des mesures.


Henry : quel étrange personnage…

Il monte sur la colline, des escaliers en pierre ont été bâtis, un gazebo est dans le coin de jardin, qui est calme et respire la sérénité.
 

Pourtant Henry ne se sent pas bien, plus il avance dans le jardin, plus il a l’impression de creuser sa tombe.


Henry : que m’arrive-t-il, c’est mon manoir après tout….

Il arrive devant le bâtiment, auquel il manque un étage et le toit.

Henry : comment se portent les travaux ?

Menuisier : bien Monsieur, les travaux devraient être finis le mois prochain.

Henry : c’est parfait, tout simplement parfait !

Il donne une tape amicale au menuisier, et redescend, il rentre chez lui, et s’assoit sur son fauteuil.

Henry : tout se passe parfaitement.

Leota : ah vraiment ?

Henry sursaute et se lève, il recule.

Henry : vous, sorcière, que venez-vous faire ici ?!

Leota : te révéler une chose que je ne t’avais pas dite.

Elle sort sa boule cristal, et l’expose à Henry.

Henry : que suis-je censé voir ?  

Leota : as-tu continué à prendre ton médicament ?

Henry : non, cela fait quelques semaines…

Leota : bien, je comprends mieux, tu ne vois plus ton double en ce moment n’est-ce pas ?

Henry : comment… ?

Leota : je te préviens Henry, si tu ne vois plus ton double, c’est qu’il ne fait plus qu’un avec toi.

Henry rigole.  

Henry : et en quoi est-ce mauvais ?

Leota met sa boule de cristal juste devant les yeux d’Henry, des flashs d’images montrent une jeune femme qui fuit un étrange homme au visage de squelette.


Henry : que…

Leota : fait attention à tes choix.

Henry titube, Leota a disparue.

Henry : impossible…

Il prend appui sur son fauteuil, et se relève en tremblant.

Henry : sorcellerie…

Il s’assoit en face de la cheminée.

Henry : je dois m’enrichir, pour ma famille….

Le temps passe, le manoir grandit de jour en jour, finalement, le manoir se termine, la nuit venue, son ombre s’étend sur toute la ville, comme si il la dominait.

Henry se réveille, et tombe du lit.


Henry : je ne suis pas encore habitué…

Il est dans une grande chambre, le lit est très grand, Martha dort à côté, un petit lit est installé à côté.

Henry se penche au-dessus.  


Henry : bonjour ma petite princesse.

Un bébé se réveille et semble content de le voir.


Henry : ma petite Mélanie.

Il la prend dans ses bras et la berce.

Martha : je pense qu’elle te préfère à moi.

Henry : oh non ma chère, elle nous aime d’un amour égal.

Martha s’approche.

Martha : sûrement.

La petite famille est sereine dans ce grand manoir.  

Le temps passe, Henry devient de plus en plus fermé, il s’enferme dans son bureau pendant des journées entières, mais pourtant, dans son cœur qui s’assombrit, un rayon de soleil demeure, sa fille, qui grandit et s’embellit.

Henry est dans son bureau, il remplit des papiers, quelqu’un entre.


Mélanie : père !

Henry lève les yeux.


Henry : oh, Mélanie, que veux-tu ? Je suis très occupé.

Mélanie : puis-je sortir dehors ?

Henry : et  pour quelle raison ?

Mélanie : pour m’amuser…

Henry soupire, et pose son stylo.  

Henry : accompagnée d’Anna, tu as ma permission.

Mélanie saute dans les bras de son père.

Mélanie : merci père ! Anna !

Elle sort de la pièce.  

Henry : ha la la, les enfants…

Il continue de remplir ses papiers, mais commence à fatiguer.

Henry : sortir me ferait du bien aussi.

Il se lève, et se dirige vers la porte.

Une fois dehors,  il s’assoit dans le gazebo, il est vite rejoint par Jasper, son domestique.


Jasper : Monsieur est-il en bonne forme ?

Henry : bien Jasper, je vous remercie.  

Jasper : je reviens de la mine, le filon disparait.

Henry : alors dynamitez, continuez.

Jasper : si c’est ce que vous désirez.

Henry donne une tape amicale à Jasper.

Henry : tu es vraiment un bon serviteur.

Jasper : c’est mon travail monsieur, vous êtes aussi très bon avec ma femme et moi, nous loger et nous nourrir, c’est la preuve d’une grande bonté.

Henry rigole un peu.

Henry : oui, peut-être.

Il observe Mélanie qui se promène dans la ville, elle rencontre un jeune garçon de son âge, Henry se lève subitement.

Henry : Jasper, qui est ce jeune homme ?

Jasper : hm, laissez-moi réfléchir, je pense que c’est Thomas, le fils du chef des mineurs.

Henry : un pauvre donc.

Jasper : mais ce n’était pas votre ami monsieur… ?

Henry : silence, je ne veux pas que ma fille parle avec quelqu’un autre que sa classe !

Jasper : Monsieur, si je peux me permettre…

Henry : je ne vous permets pas.

Il descend la colline, et se dirige vers le portail du manoir.

Henry : Mélanie !

Mélanie se retourne étonnée, voyant son père avec un regard froid.  


Mélanie : père ?

Henry : rentre à la maison, immédiatement !

Mélanie : mais père…

Henry : pas de mais !

Mélanie revient vers son père.

Henry : tu ne sortiras pas avant ta majorité jeune fille !

Il attrape sa fille par la main, et se dirige vers le manoir.

Henry rentre, et voit Anna en train de discuter avec une autre domestique.


Henry : monte dans ta chambre, immédiatement.

Mélanie monte, Henry s’approche d’Anna en colère.

Henry : vous, vous ne l’avez pas suivie comme je l’avais demandé !

Anna : mais monsieur, je…

Il la gifle, tous les domestiques le regarde.

Martha : Henry, viens-ici.

Martha vient d’arriver.


Martha : comment oses-tu lever la main sur la nurse de Mélanie ?!

Henry : je les payes ! J’en fais ce que je veux !

Martha le regarde avec colère.

Martha : vous n’êtes pas le Henry que je connais.

Elle monte.

Henry : qu’est-ce que vous regardez, remettez-vous au travail !

Les domestiques s’exécutent.  

Henry monte dans son bureau, et s’assoit, un verre de whisky à la main, il boit, boit, boit….
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par fantasmic ultimate le Sam 21 Mar - 13:09

Et voilà la suite et la fin du premier chapitre de l'histoire de Phantom Manor, bonne lecture !

Henry se réveille un soir, son double est en face de lui.

Henry : toi ?

Henry² : ça faisait longtemps.

Henry : presque 10 ans je pense…  

Henry² : alors, on se perd dans l’alcool ?

Henry : c’est distrayant.

Henry² : et pour Mélanie, elle est en âge de se marier.

Henry : j’avais oublié ce détail.  

Henry² : et ce jeune homme qu’elle voit en cachette depuis des années ?

Henry : je pourrais l’accepter, peut-être.

Henry² : fais attention mon ami.

Henry : oh ne t’inquiète pas.

Le double disparait.

Henry se rendors.

Le lendemain matin, Henry se réveille avec la gueule de bois.


Henry : ma tête…

Il se lève, et s’habille avec un costume chic.

Jasper entre dans la pièce.

Jasper : l’entrevue avec Thomas le fiancé de Mademoiselle est dans 10 minutes.

Henry : bien, bien, je me prépare, dites-leur que j’arrive.

Jasper : bien monsieur.

Il sort.

Henry rase sa barbe de trois jours, et est plus présentable qu’à son réveil.


Henry : bon, descendons.

Il descend le grand escalier, un jeune homme aux cheveux bruns attend assis à côté de Mélanie.

Thomas : oui, c’est moi qui vais diriger l’exploitation de la mine après mon père.

Martha : c’est fort intéressant.

Henry : Monsieur.

Thomas sursaute et se lève immédiatement.


Thomas : enchanté de vous rencontrer Mr Ravenswood.

Henry : oui, de même.

Il descend les escaliers, et s’assoit aux côtés de Martha.

Henry : bien, parlez-nous de votre rôle dans la ville.

Thomas : je suis cheminot pour le moment, mais mon père qui dirige l’exploitation va me passer le flambeau.

Henry : bien, mais vous savez que je suis le dirigeant ici, alors essayez de me convaincre.

Mélanie : père !

Martha : chéri je…

Henry les fait taire d’un geste de la main.

Thomas : je… je transmettrai à la perfection vos règles et vos ordres monsieur.

Henry : bien, tu as de l’avenir jeune homme.

Thomas semble heureux, tout comme Mélanie.

Henry : parlons maintenant de vous deux.

Mélanie : père je…

Henry : laissez-moi parler, je consens à donner ma bénédiction si vous  assurez le travail de votre père aussi parfaitement que lui.

Thomas : oui monsieur !

Henry lui tend la main, Thomas la lui serre.  


Henry : alors réfléchissons à ce mariage.

Ils discutent jusqu’au soir, Thomas est invité à dormir pendant la nuit.

Henry est dans son bureau, face à son double.  


Henry² : alors tu acceptes sans broncher ?

Henry : il vaut mieux, je ne veux pas mettre ma femme dans l’embarras, ni ma fille.

Henry² : je suppose que tu sais ce que tu fais.

Il disparait, Henry s’endort, et est réveillé par une secousse violente.


Henry : que se passe-t-il ?!

Il sort de son bureau, tombe à travers les escaliers.


Anna : Monsieur !

Jasper et Anna attrapent Henry in extremis.

La secousse cesse, Thomas et Henry sortent, la ville entière est à l’extérieur.


Henry : que s’est-il passé ?

Mayor : un séisme, venant de la mine.

Thomas : des blessés ?

Mayor : non aucun, mais la montagne pourrait provoquer une autre catastrophe.

Thomas à un air grave.

Thomas : je vois.  

Il retourne vers le manoir, suivi d’Henry qui entend un cri d’aigle qui lui fait froid dans le dos.

Le lendemain.


Henry se réveille, Martha n’est pas là.


Henry : Martha ?

Il descend en baillant, et voit Thomas en train de se disputer avec Jasper.


Jasper : vous ne pouvez pas, monsieur ne sera pas content.  

Thomas : cette ville est dangereuse, nous devons partir avec Mélanie.

Henry : comment osez-vous ?

Il descend, et fait face à Thomas.

Henry : je vous ai promis un métier, je vous ai promis la main de ma fille, et vous voulez partir avec elle ? Comment osez-vous ?!

Il pousse Thomas qui le pousse en retour.

Henry : vous ne partirez jamais avec ma fille !  

Thomas : mais vous m’avez donner votre bénédiction !

Henry : au diable !!

Il frappe contre le mur.

Henry : au diable, au diable !!

Il s’énerve.

Henry : sortez, sortez !!!

Il le met dehors.

Jasper : Monsieur, venez.

Henry : je dois aller à la mine avec Martha.

Jasper : Monsieur, reposez-vous, je vous en prie.

Henry : Jasper ! Je dois y aller ! Compris ?!

Martha arrive, et suit Henry à l’extérieur.

Dehors, la ville est toujours active, Henry se rappelle quand il était mineur.


Henry : ma chère.

Martha : oui ?

Henry : vous rappelez-vous quand nous étions jeunes ?

Martha : « rigole » oui, je venais dans votre lit sans permission.

Henry : oui effectivement.

Ils arrivent à la mine.

Henry : Martha.

Il l’embrasse amoureusement.

Martha : eh bien !

Henry : je vous aime sincèrement.

Martha : moi aussi Henry, à jamais.

Ils entrent dans la mine, et parlent avec les mineurs.


Henry : parfait, le filon réapparait.

Le sol commence à trembler, des rochers tombent, un cri d’aigle retentit.


Et voilà, c’était ma vie, moi Henry Ravenswood, j’ai vécu longtemps, je n’ai pas toujours fait les bons choix, mais malgré ça j’ai crû pouvoir atteindre une vie parfaite.

La mine s’effondre, Henry tombe à travers un tunnel, suivi d’une explosion des dynamites restantes.


Oiseau Tonnerre : je t’avais prévenu.

La vie est courte, et voilà ce qu’il m’attendait après cette visite.

Henry : la mort, la mort, la mort…

L’explosion arrive vers lui, il ferme les yeux.


Non, ce n’est pas fini, il me reste certaines choses à régler.


Il ouvre les yeux, ils sont devenus rouges, l’explosion l’entoure.

A suivre.

j'espère que vous avez apprécier la première partie, la deuxième partie arrive bientôt, et son nom sera :

Phantom Manor Partie 2 : Phantom
avatar
fantasmic ultimate

Date d'inscription : 10/06/2014
Masculin Localisation : Près de Mickeyville
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phantom Manor : Partie 1 Henry Ravenswood

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum